Le Groupe A (1987-1996)

Le Groupe B étant interdit, la FIA doit introduire une catégorie inédite dès la saison 1987. Son nom ? Le Groupe A. 

Contrairement au Groupe B, le règlement exige que les véhicules en compétition soient strictement dérivés de leurs homologues de série, avec des limitations imposées sur la puissance, le poids et l’aérodynamique. Ces restrictions contribuent également à baisser les coûts engagés par les constructeurs et à encourager certaines équipes privées à se lancer.

Cette évolution débouche naturellement sur la création de nouvelles voitures écumant les spéciales, comme la Lancia Delta Integrale, la Mitsubishi Lancer Evolution, la Ford Escort Cosworth et la Toyota Celica GT-Four.

Forte de son succès acquis avec la Lancia Delta S4 Groupe B, la marque italienne prend une longueur d’avance et semble même intouchable avec la Lancia Delta Integrale qui lui permet de remporter six couronnes consécutives jusqu’en 1992. Juha Kankkunen et Miki Biasion en profitent pour être sacrés à deux reprises chacun.

À l’aube des années 1990, le Championnat du Monde des Rallyes voit les Japonais Mitsubishi, Subaru et Toyota changer de braquet en affichant aussi un rythme impressionnant.

L’Espagnol Carlos Sainz mène ainsi sa Toyota Celica GT-Four au sommet en 1990 et 1992. Juha Kankunnen l’imite avec un quatrième titre dès sa première campagne avec l’équipe en 1993, l’année où Toyota connaît enfin la consécration chez les constructeurs.

L’ère du Groupe A coïncide également avec les débuts sur la scène mondiale d’une nouvelle génération de talents. En 1992, Colin McRae fait immédiatement sensation auprès des fans grâce à son style flamboyant au volant de sa Subaru. Malgré une expérience limitée dans l’élite, il s’impose au Rallye de Nouvelle-Zélande et termine cinquième du classement général dès sa première saison en WRC. Trois ans plus tard, ses efforts finissent par payer lorsqu’il est sacré en Grande-Bretagne au terme d’un duel épique face à son équipier Carlos Sainz. 

Après avoir gravi les échelons en Grande-Bretagne et en Europe, le regretté Richard Burns débute en tant que pilote d’usine en WRC au Rallye Network Q RAC en 1993. Le Britannique mène sa Subaru Legacy RS au septième rang avant d’autres apparitions et sa signature chez Mitsubishi en 1996.

La décennie est alors marquée par la domination des marques japonaises Subaru et Mitsubishi. Subaru remporte le titre constructeurs en 1996 avec son Impreza aux couleurs 555 avant que les règlements ne soient à l’origine d’une nouvelle génération de voitures.

Year Driver Car   Team
1987 Juha Kankunnen (FIN) Lancia Delta Integrale   Lancia
1988 Miki Biasion (ITA) Lancia Delta Integrale   Lancia
1989 Miki Biasion (ITA) Lancia Delta Integrale   Lancia
1990 Carlos Sainz (ESP) Toyota Celica GT-Four   Lancia
1991 Juha Kankunnen (FIN) Lancia Delta Integrale    Lancia  
1992 Carlos Sainz (ESP) Toyota Celica GT-Four   Lancia
1993 Juha Kankunnen (FIN) Toyota Celica GT-Four   Toyota
1994 Didier Auriol (FRA) Toyota Celica GT-Four   Toyota
1995 Colin McRae (GBR) Subaru Impreza 555   Subaru
1996 Tommi Mäkinen (FIN) Mitsubishi Lancer Evolution   Subaru