WRC ORLEN 80th Rally Poland
Poland
Starts: Thursday, June 27, 2024 at 8:00:00 AM
ERC Bauhaus Royal Rally of Scandinavia
Sweden
Starts: Thursday, June 13, 2024 at 12:00:00 PM
Ferratum World RX of Sweden 1
Sweden
Starts: Saturday, July 6, 2024 at 6:00:00 AM

Fri 17 Nov 2023

Evans et Toyota s’échappent lors d’un vendredi turbulent au Japon

Elfyn Evans s’est construit un avantage de près de deux minutes en tête du FORUM8 Rally Japan au terme d’une première étape vendredi marquée par des conditions humides ayant surpris plusieurs de ses pairs du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Pluies torrentielles, brouillard épais et routes recouvertes de feuilles mortes n’étaient que quelques-uns des défis rencontrés par les équipages lors de la première étape de la dernière manche du calendrier 2023.

 

Survivre était la principale mission des concurrents et Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) parvenait à éviter les pièges alors que plusieurs de ses rivaux hésitaient. Malgré un virage manqué dans l’ES3, le Gallois retrouvait le parc d’assistance à mi-journée avec 26’’0 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1), son principal rival pour la deuxième place du championnat.

 

Vainqueur de l'épreuve en 2022, le Belge répondait dans l'après-midi en réduisant de plus de moitié son déficit avec un superbe passage dans Isegami’s Tunnel 2. Ses efforts étaient toutefois écourtés lorsqu'il percutait un arbre dans le premier virage du test suivant. Il n’était pas le seul à être piégé par les conditions puisque son équipier Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1) et Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) avaient également dû s’arrêter après être sortis de la route au même endroit dans l'ES2.

Dès lors esseulé en tête, Elfyn Evans conservait l’avantage pour emmener un podium provisoire monopolisé par le Toyota Gazoo Racing avec 1’49’’9 d’avance.

 

« C’était de toute évidence une journée difficile », confirmait le leader. « Les conditions étaient assez mauvaises, particulièrement ce matin, mais l'après-midi n'a pas été de tout repos non plus. Il fallait s’adapter en passant d’une situation où il n’y avait aucune adhérence à quelque chose où l’on pouvait vraiment piloter un peu. »

 

Après l’abandon de Thierry Neuville, Sébastien Ogier (Toyota GR Yaris Rally1) devenait le plus proche poursuivant du leader, mais l’octuple champion du monde admettait qu’il serait compliqué de combler l’écart sur son équipier.

 

Le Français avait également glissé latéralement dans une barrière dans l'ES5 avant de reprendre sa route en limitant la perte de temps. L'impact avait toutefois endommagé le châssis de sa voiture et il écopait d’une pénalité d'une minute, les réparations nécessaires l’ayant contraint à pointer en retard après la dernière assistance de la journée.

« Vous êtes toujours contents de survivre à ce genre de journées comme tant de choses peuvent arriver et cela a été le cas aujourd’hui », déclarait Sébastien Ogier. « Notre glissade nous a fait perdre un peu de temps cet après-midi, mais nous sommes heureux d'être toujours là puisque cela aurait pu nous coûter beaucoup plus cher. »

 

Premier dans l’ordre des départs, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) était gêné par les feuilles mortes et adoptait donc une approche prudente tout en traçant une trajectoire plus proche pour ses rivaux. La régularité du double champion du monde en titre portait ses fruits puisque le pilote âgé de vingt-trois ans terminait l’étape au troisième rang, à seulement 16’’7 de Sébastien Ogier.

 

Toyota aurait pu monopoliser les quatre premières places sans une erreur de Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) dans le même virage ayant piégé Dani Sordo et Adrien Fourmaux. Malgré un radiateur touché, l’enfant du pays parvenait à retrouver le parc d'assistance en mode électrique après quelques réparations de fortune sur le routier.

Cet incident, couplé aux pénalités liées à son retard, lui coûtait plus de quatre minutes. Le Japonais pointait donc au neuvième rang même si ses trois scratches signés dans la journée lui permettaient de se mettre en valeur.

 

Le taux d'attrition était tel que le champion WRC2 Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) terminait l’étape à la quatrième position du classement général devant Grégoire Munster (Ford Fiesta Rally2). Prétendant au titre en WRC2 Challenger, Nikolay Gryazin (Škoda Fabia RS Rally2) était sixième devant Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1), en manque de confiance.

Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) terminait huitième d'une journée marquée par les soucis de sa monture. L’Estonien perdait près de trois minutes lorsque les vitres de sa voiture s’embuaient dans l’ES3 et il concédait davantage de temps encore dans l’après-midi en raison d’un problème électrique. Ancien pilote de F1, Heikki Kovalainen (Škoda Fabia R5) complétait le top dix tout en occupant la troisième place du WRC2.

 

Plus courte, l’étape de samedi n’en sera certainement pas moins difficile avec huit spéciales au programme pour un total de 84,68 km chronométrés.