WRC ORLEN 80th Rally Poland
Poland
Starts: Thursday, June 27, 2024 at 8:00:00 AM
ERC Delfi Rally Estonia
Estonia
Starts: Friday, July 5, 2024 at 6:00:00 AM
Ferratum World RX of Sweden 1
Sweden
Starts: Saturday, July 6, 2024 at 6:00:00 AM

Fri 29 Sep 2023

Evans prend les commandes au Chili

Le Gallois Elfyn Evans a remporté deux des trois spéciales sur terre disputées vendredi matin pour prendre une courte avance sur Teemu Suninen au Rally Chile Bio Bío.

Pour son retour au calendrier du Championnat du Monde FIA des Rallyes pour la première fois depuis 2019, le rendez-vous sud-américain ne perdait pas de temps pour démontrer qu'il était resté fidèle à sa réputation.

 

Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) le découvrait à ses dépens en partant en tonneau dans un virage rapide à gauche de la première spéciale, tout comme Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1), parti à la faute dans les fourrés de l’ES3.

 

Dans le même temps, Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) réalisait un début de course régulier sur cette onzième manche de la saison. S’il concédait une poignée de secondes dans le premier passage dans Pulperia, le Gallois se relançait en remportant les deux tests suivants pour prendre l’ascendant sur Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1), parti en tête-à-queue, et retrouver le parc d’assistance de Concepción avec 2’’6 d’avance sur Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally 1) à mi-journée.

« C’était assez difficile avec une adhérence faible », confiait Elfyn Evans tout en faisant référence aux pierres recouvrant la surface des pistes. « C'est vraiment difficile d'évaluer vos performances, car c'est très technique avec un grip extrêmement faible. »

 

Aidé par une trajectoire plus propre grâce à sa position de départ, Teemu Suninen se montrait plus rapide qu’Elfyn Evans dans la première spéciale tout en admettant être encore loin de son potentiel pour sa troisième apparition seulement en mondial au volant de sa la Hyundai i20 N Rally1. Le Finlandais ne comptait qu’un dixième de seconde d’avance sur Ott Tänak, qui faisait état de plusieurs soucis avec sa monture.

 

La confiance de l’Estonien était mise à mal avec un tête-à-queue près de l'arrivée de Rere, mais il semblait plus préoccupé par un atterrissage brutal plus tôt dans la spéciale faisant souffrir son copilote Martin Järveoja et le système hybride de leur voiture. Les deux hommes soupçonnaient également un problème de suspension.

Leader du championnat, Kalle Rovanperä (Toyoya GR Yaris Rally1) affrontait les pires conditions en ouvrant la route. Le pilote âgé de vingt-trois ans pointait déjà à 10’’9 d’Ott Tänak après les trois premières spéciales de l’épreuve.

 

Toujours en lice pour le titre, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) était également en difficulté, la faute à un manque de traction le frustrant et le reléguant à 21’’7 de la tête avant de retrouver le parc d’assistance. Le Belge était suivi de près par Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1), tout simplement mécontent de son pilotage.

 

Grégoire Munster (M-Sport Ford Puma Rally1) connaissait des débuts mouvementés à bord de sa nouvelle voiture, son copilote Louis Louka ayant accidentellement oublié d'apporter ses notes. Ce dernier avait alors recours à son téléphone portable pour lire des photos envoyées par l'équipe et Grégoire Munster se hissait de manière surprenante au septième rang.

 

Huitième, Sami Pajari (Skoda Fabia RS Rally2) devançait Oliver Solberg (Skoda Fabia RS Rally2) pour 2’’4 seulement en tête du WRC2 tandis que le Chilien Alberto Heller (M-Sport Ford Puma Rally1) complétait le top dix sur ses terres.