WRC ORLEN 80th Rally Poland
Poland
Starts: Thursday, June 27, 2024 at 8:00:00 AM
ERC Delfi Rally Estonia
Estonia
Starts: Friday, July 5, 2024 at 6:00:00 AM
Ferratum World RX of Sweden 1
Sweden
Starts: Saturday, July 6, 2024 at 6:00:00 AM

Fri 26 May 2023

Retour sur le Rallye d'Italie 2022

Nous commençons à monter en régime avant le départ du Rally Italia Sardegna (1er-4 juin) en nous rappelant des cinq meilleurs moments de l'édition spectaculaire ayant eu lieu l'an dernier.

1. Le triomphe de Tänak

462 jours. Cela faisait 1 an et 97 jours qu'Ott Tänak était monté sur la plus haute marche du podium à l'Arctic Rally Finland avant de la retrouver en Italie.

L'Estonien échangeait les meilleurs temps avec Esapekka Lappi, alors pilote Toyota Gazoo Racing, tout au long d'une première étape chaude et poussiéreuse. Le Finlandais prenait toutefois l'ascendant pendant la nuit après un problème de transmission laissant la Hyundai de son rival avec trois roues motrices seulement.

Une fois Lappi éliminé samedi (voir ci-dessous), Ott Tänak se libérait et continuait à enregistrer les meilleurs temps sur six des sept spéciales de la journée pour se construire une avance confortable qu'il n'avait plus qu'à gérer dimanche.

2. Les malheurs de Lappi

Le bonheur des uns fait le bonheur des autres. Ce qui semblait être une première apparition de rêve sur terre au volant de la Toyota GR Yaris Rally1 tournait rapidement au vinaigre pour Esapekka Lappi à Tempio Pausania.

Après avoir rebondi sur une forte compression, l'arrière de la voiture du Finlandais tapait de gros rochers des deux côtés de la route. L'impact final, à l'arrière gauche, arrachait la roue et les éléments de sa suspension.

Avec des pièces éparpillées sur la route, l'aventure italienne d'Esapekka Lappi s'arrêtait net.

Lappi part à la faute au Rally Italia Sardegna 2022

3. Les frustrations de Neuville

Tempio Pausania éliminait non seulement Esapekka Lappi, mais elle faisait également du mal à Thierry Neuville.

Le pilote Hyundai Motorsport avait pris la tête du rallye en remportant la super-spéciale du jeudi soir, mais ce temps devenait accessoire dès qu'il devait composer avec un problème de transmission vendredi matin.

Désireux de rebondir depuis la huitième place samedi, le Belge s'arrêtait dans le deuxième passage dans Tempio Pausania. Son copilote Martijn Wydaeghe et lui faisaient preuve de résilience pour essayer de poursuivre, mais les dégâts étaient trop importants...

4. Les mystères du moteur de Mikkelsen

L'abandon d'Andreas Mikkelsen alors qu'il occupait la tête du WRC2 allait porter un coup dur à ses chances de titre.

La Škoda Fabia Rally2 Evo était victime d'une panne moteur dans l'avant-dernière étape, un problème presque identique à celui auquel le Norvégien avait déjà été confronté lors de la manche précédente au Portugal.

Malgré l'enquête approfondie des ingénieurs de Škoda, il était malheureusement trop tard pour sauver les espoirs de doublé d'Andreas Mikkelsen. Avec déjà deux scores vierges, cela s'annonçait déjà compliqué avant l'été...

5. Evans passe au travers

Il y a des rallyes où rien ne semble se dérouler comme prévu. L'année dernière en Italie, c'était le cas d'Elfyn Evans.

Les choses n'allaient tout simplement pas dans le sens du pilote gallois de Toyota, contraint à l'abandon vendredi en raison d'une fuite de radiateur. Reparti samedi, il s'arrêtait une fois de plus, cette fois en raison d'une suspension endommagée.