Wed 14 Dec 2022

Votez pour la Performance All Live de l'Année

Tout au long de l'année 2022, des performances individuelles spectaculaires sont restées dans les esprits. Célébrons ces moments au moment où nous cherchons à trouver la performance All Live de l'année dans toutes les catégories du WRC !

Avec un budget limité, de multiples points d'interrogation planaient au-dessus de la tête du vice-champion 2021 du FIA Junior WRC avant le Rallye de Suède, la première manche du calendrier de la catégorie en 2022. À moins de quinze jours du rallye, il n'était toujours pas clair si Jon Armstrong serait présent sur une épreuve dont il n'avait pas les meilleurs souvenirs après un spectaculaire accident en 2020.

Arrivé sans le moindre essai au volant de la Ford Fiesta Rally3 avec un nouveau copilote à ses côtés et des spéciales inédites, le Britannique était logiquement en retrait dans la première spéciale de Kroksjö. Cependant, Brian Hoy et lui trouvaient rapidement leurs marques. Avec deux scratches à leur actif, ils ripostaient pour terminer la première étape à seulement 7''7 du leader Lauri Joona.

Les deux équipages passaient ensuite la suite du week-end à se disputer la victoire. La première place changeait de mains à cinq reprises, mais Jon Armstrong faisait preuve d'un sang-froid remarquable pour obtenir un succès inattendu avec 2''7 d'avance.

Une nouvelle voiture, une nouvelle équipe, une copilote inexpérimentée au plus haut niveau du mondial, une préparation raccourcie après sa participation au Dakar et plus de deux ans depuis sa précédente victoire... Ajoutez à cela son âge avancé de quarante-sept ans et il était facile de reléguer Sébastien Loeb au rang d'outsider au Rallye Monte-Carlo 2022.

Cependant, la « légende » a été à la hauteur de son surnom. Dans le rythme dès le départ, le Français signait le deuxième meilleur temps de la première spéciale de l'ère hybride du WRC. Après cela, il n'a jamais quitté les deux premières places pour le reste du week-end tout en bataillant dans un duel épique l'opposant à son compatriote Sébastien Ogier.

Mettant sa vaste expérience à profit, Sébastien Loeb faisait le bon pari sur ses pneumatiques dimanche. Dans des conditions variables, il signait la première victoire de l'équipe M-Sport depuis plus de deux ans ainsi que le premier succès de sa copilote Isabelle Galmiche. Mieux encore, il réécrivait le livre des records en devenant le vainqueur le plus âgé de l'histoire du WRC, balayant d'un geste tout vent de jeunisme sur le rallye...

Dire que l'Acropole avait mal commencé pour Andreas Mikkelsen serait un énorme euphémisme. Lancé dans la super-spéciale organisée dans le stade olympique d'Athènes réunissant des dizaines de milliers de fans, le Norvégien pensait son week-end terminé après seulement deux virages. La cause ? Un droite serré mal négocié après la bosse sur le pont...

Sa voiture retrouvait le parc d'assistance de Lamia à l'arrière d'une remorque et avec une pénalité de dix minutes. S'il avait fait le deuil de ses espoirs de victoire, le pilote Toksport WRT faisait fi de toute prudence en repartant pour remporter onze des quinze spéciales restantes, dont un grand chelem dimanche.

Andreas Mikkelsen rattrapait finalement plus de deux minutes et remontait de la trente-troisième à la septième place en WRC2, s'assurant à l'époque de gros points alors qu'il luttait pour remporter un nouveau titre dans l'antichambre de la catégorie reine...

Pour la deuxième édition du Rallye de Croatie, tous les yeux étaient fermement rivés sur le premier homme à s'élancer dans la première spéciale du vendredi : Kalle Rovanperä. Le Finlandais était dans la même position un an plus tôt, mais cette expérience ne s'était pas bien finie, car le pilote âgé de vingt ans était parti à la faute après trois minutes seulement.

Cette année, Kalle Rovanperä évitait toute rechute et signait le meilleur temps dans la première spéciale entre Mali Lipovec et Grdanjci. Il allait garder cette position jusqu'à l'avant-dernière spéciale dimanche, où il se fera surprendre par une averse inattendue et concèdera la tête à Ott Tänak.

Avec un retard s'établissant à 1''4 sur son expérimenté rival, il aurait été compréhensible que Kalle Rovanperä joue la sécurité dans la Wolf Power Stage pour consolider son avance au championnat. Cela n'était toutefois pas une option pour le futur champion du monde. Kalle Rovanperä battait Ott Tänak et tous ses autres rivaux pour 4''3 en 14,9 km seulement, s'assurant ainsi le maximum de points sur le week-end croate.

Ott Tänak ne faisait aucun secret des défis auxquels il était confronté avec sa Hyundai i20 N tout au long de la première moitié de saison. Alors que l'Estonien et sa machine essayaient encore de s'apprivoiser, Toyota et Kalle Rovanperä avaient dominé le début de l'année.

Après la victoire d'Ott Tänak en Sardaigne, des fissures commençaient à apparaître dans l'armure de Toyota. Quoi qu'il en soit, Toyota comptait faire taire tous les opposants lors de son rallye à domicile en Finlande pour remettre sa saison sur les rails.

Personne n'avait visiblement prévenu Ott Tänak. Passé en tête dès la première spéciale du vendredi, l'Estonien ne cédait plus les commandes malgré tous les efforts de ses poursuivants, emmenés par les Yaris d'Esapekka Lappi et de Kalle Rovanperä.

Les souvenirs douloureux de la Croatie étant encore en tête, Ott Tänak refusait de se voir ravir la victoire dans la dernière ligne droite. Il se montrait le plus rapide dans le premier test du dimanche et égalait le rythme de Kalle Rovanperä dans le secteur chronométré suivant pour aborder les deux dernières spéciales avec une avance irréversible de 10''3. 

Les Toyota devaient se contenter des trois places suivantes alors que Thierry Neuville complétait le top cinq à plus de deux minutes de son équipier vainqueur, Ott Tänak.

Plus d'actualités
Latvia
Starts: Thursday, July 18, 2024 at 4:31:00 AM
Italy
Starts: Friday, July 26, 2024 at 7:00:00 AM
Hungary
Starts: Saturday, July 27, 2024 at 6:00:00 AM