Mon 07 Nov 2022

Retour sur le Rallye du Japon 2010

Cette semaine, un nouveau défi attend les concurrents du Championnat du Monde FIA des Rallyes avec le retour du Japon au calendrier. Avant le départ, revenons sur les principaux faits marquants de la dernière édition en 2010, une époque où l'épreuve avait lieu sur terre !

1. Des débuts de rêve pour Ogier

S'il est aujourd'hui un octuple champion du monde des rallyes, Sébastien Ogier manquait de confiance avant de se rendre à Sapporo. Contrairement à beaucoup de ses rivaux, le Français découvrait le Japon et la nature rugueuse des spéciales sur terre n'était pas tout à fait à son goût.

Après avoir pris l'avantage en début d'épreuve, il restait sans réponse face aux attaques de Petter Solberg et abordait l'étape décisive au troisième rang. C'était sans compter sur son beau passage dans les dernières spéciales, et les difficultés de son adversaire norvégien. Repassé en tête, Sébastien Ogier s'imposait finalement avec 15''7 d'avance au volant de sa Citroën C4 WRC.

« C'est incroyable », confiait-il à l'époque. « En arrivant ici, je savais que ce serait un rallye difficile. Je n'aime pas ce type de spéciales. C'est très difficile pour une première au Japon, mais nous avons vite trouvé un bon rythme et nous avons gagné. C'est parfait. »

2. Solberg surmonte la grippe

Petter Solberg était, et est toujours, l'un des favoris des fans japonais même s'il n'était pas vraiment à l'aise en 2010. Touché par une grippe, le Norvégien devait particulièrement lutter contre son corps lors de la première étape.

Son rythme dans les spéciales ne semblait toutefois pas en souffrir, le pilote privé Citroën se retrouvant bel et bien au cœur de la lutte pour la victoire.

Une pénalité de dix secondes pour un départ volé ne faisait cependant pas ses affaires tandis qu'un bras de suspension le trahissait dimanche matin. Deux coups durs l'obligeant à se contenter de la deuxième place derrière Sébastien Ogier...

3. Sortie spectaculaire pour Arai

Homme fort de Subaru, Toshihiro Arai visait son troisième titre en PWRC en 2010. Sa conquête du titre commençait bien sur ses terres et son copilote Dan Barritt et lui menaient la catégorie et pointaient au douzième rang du général après trois spéciales.

Tout basculait dans l'ES4. Le Japonais n'était plus qu'un passager lorsque sa Subaru Impreza N15 échappait à son contrôle après un saut. Après un tonneau, la voiture finissait contre un arbre, marquant l'arrêt prématuré de ses efforts.

Cette semaine, Toshihiro Arai prendra le départ de l'épreuve en WRC2 avec une Citroën C3 Rally2. Il s'agira de sa première participation à domicile dans une voiture n'étant pas une Subaru.

4. Loeb en manque de rythme

D'après ses propres critères, Sébastien Loeb connaissait un week-end décevant alors qu'il avait déjà fait un grand pas vers son septième titre mondial.

Étonnamment prudent, le pilote Citroën gagnait en rythme grâce à des ajustements sur ses réglages dimanche, mais il était déjà trop tard pour défier les leaders. L'Alsacien terminait finalement à une décevante cinquième place au général.

5. Citroën, ou le génie mécanique

Les mécaniciens de Citroën étaient mis à rude épreuve lorsque la C4 de l'ancien champion du monde de Formule 1 Kimi Räikkönen nécessitait une nouvelle boîte de vitesses. Étonnamment, l'équipe a retiré et remplacé l'ancien bloc en douze minutes seulement !

Malheureusement, le Finlandais n'était pas en mesure de récompenser l'équipe de ses efforts et cédait la huitième place du classement dès la première spéciale du dimanche.

  • Une couverture complète du FORUM8 Rally Japan est disponible sur WRC+ All Live ici, avec la diffusion de chaque spéciale, des interviews, des reportages et les analyses de nos experts en direct du parc d'assistance.  
Latvia
Starts: Thursday, July 18, 2024 at 4:31:00 AM
Italy
Starts: Friday, July 26, 2024 at 7:00:00 AM
Hungary
Starts: Saturday, July 27, 2024 at 6:00:00 AM