Fri 23 Sep 2022

Retour sur le Rallye de Nouvelle-Zélande 2012

La semaine prochaine, le Championnat du Monde FIA des Rallyes fait son retour en Nouvelle-Zélande après une décennie d'absence. Nous revenons aujourd'hui sur les plus grands moments de notre dernière visite en 2012.

1. Loeb emmène un doublé Citroën

Sébastien Loeb faisait un grand pas vers son neuvième titre mondial en devançant son équipier Mikko Hirvonen dans un doublé pour les DS 3 WRC.

L'Alsacien talonnait le Finlandais, qui ouvrait la route dans des conditions humides, pendant une grande partie de la première étape vendredi avant de prendre l'ascendant dans Te Akau North avec un choix de pneus osés : durs à l'avant, tendres à l'arrière... Avec succès !

Les deux hommes restaient proches samedi, mais les consignes d'équipe entraient en scène dimanche. Mikko Hirvonen n'ayant pu reprendre la tête, Sébastien Loeb s'imposait pour la 72e fois en WRC avec 29''6 d'avance.

2. Solberg ne met pas la gomme

Si Petter Solberg ralliait l'arrivée au troisième rang avec sa Ford Fiesta RS WRC, le Norvégien était resté impuissant face aux Citroën et terminait à plus d'une minute de Mikko Hirvonen. Une grande partie de ce déficit était dû à son mauvais choix de pneus vendredi. Sur recommandation de son équipe M-Sport, Petter Solberg avait choisi des pneus durs et avait concédé énormément de temps sur les routes boueuses...

3. Les frustrations de Latvala

Aujourd'hui directeur du Toyota Gazoo Racing, Jari-Matti Latvala était arrivé en Nouvelle-Zélande avec la volonté de rebondir après ses accidents au Monte-Carlo, au Mexique et au Portugal.

Les choses commençaient bien pour le Finlandais, troisième avant d'attaquer Te Akau South vendredi après-midi. Hélas, sa Fiesta partait en tête-à-queue à l'intérieur d'un virage lent à droite et il perdait quatre minutes avec les spectateurs à démêler sa voiture d'une clôture.

« C'est irréel », se plaignait-il. « Rien ne fonctionne cette année. Nous avons dû couper la clôture pour pouvoir continuer. C'est très décevant. Je n'ai même plus les mots... »

Jari-Matti Latvala terminait finalement septième tout en prenant le maximum de points bonus dans la Power Stage.

4. Paddon brille à domicile

Sur ses terres, Hayden Paddon faisait sensation au volant d'une Škoda Fabia S2000 en terminant douzième au général tout en s'imposant en SWRC avec plus d'une demi-heure d'avance. Tout avait pourtant été loin d'être simple pour le Néo-Zélandais, des problèmes techniques le privant des deuxième et sixième rapports, mais aussi de son embrayage !

Le trailer du Repco Rally New Zealand 2022

5. Les malheurs de Tänak

Champion du Monde des Rallyes en 2019, Ott Tänak avait connu un début de carrière assez difficile en WRC. La saison 2012 manquait sa première campagne complète dans l'élite et il n'avait terminé que cinq des treize rallyes sans abandon avec sa Fiesta.

Le top cinq lui semblait promis en Nouvelle-Zélande, mais l'Estonien allait commettre une nouvelle erreur et abandonner après cette sortie à trois spéciales seulement de l'arrivée. 

Écarté de l'équipe M-Sport Ford l'année suivante, Ott Tänak retrouvait un volant à plein temps en 2015. Il allait finalement remporter le titre avec Toyota en 2019 et retrouvera la Nouvelle-Zélande en étant lancé à la poursuite du leader du championnat, Kalle Rovanperä.

  • Une couverture complète du Repco Rally New Zealand est disponible sur WRC+ All Live ici, avec la diffusion de chaque spéciale, des interviews, des reportages et les analyses de nos experts en direct du parc d'assistance.  

 

Latvia
Starts: Thursday, July 18, 2024 at 4:31:00 AM
Italy
Starts: Friday, July 26, 2024 at 8:30:00 AM
Hungary
Starts: Saturday, July 27, 2024 at 9:30:00 AM