WRC ORLEN 80th Rally Poland
Poland
Starts: Thursday, June 27, 2024 at 8:00:00 AM
ERC Bauhaus Royal Rally of Scandinavia
Sweden
Starts: Thursday, June 13, 2024 at 12:00:00 PM
Ferratum World RX of Sweden 1
Sweden
Starts: Saturday, July 6, 2024 at 6:00:00 AM

Mon 18 Jul 2022

Direction la Finlande

Certains moments dans notre sport sont tout simplement à couper le souffle. Ce sont autant d'occasions de se poser la question suivante : « est-ce vraiment bien arrivé ? »

Pensez à Walter Röhrl signant le scratch à Arganil au Portugal avec trois minutes et quarante-huit secondes d'avance sur Björn Waldegård après quarante-deux kilomètres dans la brume portugaise en 1980. Ou les manœuvres de Prodrive pour essayer de ralentir Colin McRae à travers des consignes d'équipe en Espagne en 1995. Plus récemment, repensez à Sébastien Loeb et son grand chelem au Tour de Corse 2005 ou encore à Kris Meeke et sa victoire au Rallye du Mexique 2017 après avoir quitté la route et arpenté un parking dans les derniers kilomètres.

Dimanche après-midi, peu après 15h15, la même chose s'est produite en Estonie.

Kalle Rovanperä venait de terminer la dernière spéciale, la Wolf Power Stage du Rallye d'Estonie à Kambja, avec 22''4 d'avance sur son équipier Elfyn Evans. En 15,95 kilomètres seulement.

Certes, les fortes pluies avaient cessé et les conditions s'amélioraient, mais la différence de quatre minutes dans l'heure des départs entre les deux pilotes du Toyota Gazoo Racing n'équivaut pas à une amélioration de 22''4. Et ce n'est pas faire insulte à Elfyn Evans. Dans une spéciale où tous les pilotes se battaient pour des points bonus, Kalle Rovanperä était encore plus rapide qu'Esapekka Lappi, Ott Tänak et quiconque présent dimanche après-midi.

Du haut de ses vingt-et-un ans, Kalle Rovanperä a tout rafflé.

« J'ai vu qu'il y avait de fortes pluies pour les gars devant, puis de moins en moins pour les dernières voitures », a-t-il expliqué. « Je savais que nous avions une chance d'être bien placés. Ensuite, j'ai attaqué et le temps était bon. J'étais plutôt content de mon passage et je gérais encore mon rythme. »

« Plutôt content » ... « Je gérais mon rythme  » !

Nous nous sommes donc tournés vers son copilote Jonne Halttunen pour avoir un aperçu de la vie à la droite de Kalle Rovanperä dans cette spéciale et tout au long d'une saison incroyable durant laquelle ils ont remporté cinq des six derniers rallyes. Peut-être même six sur sept après leur prochaine manche à domicile en Finlande ?

« J'ai dû me pincer pour y croire, mais c'est honnêtement ce qu'il fait depuis le WRC2 », souriait-il. « Son niveau ne fait qu'augmenter, mais il est désormais en mesure de signer des résultats à tous les niveaux. C'est quelque chose dont je n'aurais même pas rêvé il y a un an avec notre première victoire en mondial ici-même. C'est désormais notre quotidien. Il fait son propre travail, nous avons mis un système en place et il semble que la formule soit la bonne. »

Kalle Rovanperä a pris le départ de quarante-six rallyes en mondial, tous avec Jonne Halttunen. Le même type de relation qu'entre Sébastien Loeb et Daniel Elena, ou entre Sébastien Ogier et Julien Ingrassia. Nous connaissons tous la suite de leur carrière...

« Nous formons un duo depuis cinq ans et nous avons développé notre propre système pour vérifier les notes ou ce genre de choses », ajoutait Jonne Halttunen. « Nous travaillons beaucoup ensemble. Peut-être que certains pilotes le font eux-mêmes, mais nous faisons tout ensemble. Je pense que cela peut aider de toujours avoir deux paires d'yeux qui vérifient les choses, mais l'essentiel est le talent pur de Kalle. Il est tellement bon. »

L'équipage compte 83 points d'avance au championnat alors qu'il ne reste plus que 180 points sur les six dernières manches de la saison. Les paris sont encore ouverts, mais les bookmakers n'hésitent plus vraiment...

En étant sacré, Kalle Rovanperä deviendrait le plus jeune pilote à être titré en cinquante ans d'histoire du championnat. Mais la question n'est pas encore dans leurs têtes.

« C'est plus facile pour nous de ne pas y penser, tant mieux si cela arrive, mais mieux vaut prendre les rallyes les uns après les autres », ajoutait Jonne Halttunen. « À la fin de la saison, si nous devons décider de prendre des risques ou non, nous jouerons peut-être la sécurité si la situation est bonne. Mais tout ce que nous faisons fonctionne bien, alors pourquoi changer ? »

Pourquoi, en effet ?

La rétrospective du Rallye d'Estonie 2022
Plus d'actualités