Prudence est mère de sûreté pour Tänak

Avec quatre victoires sur les cinq dernières manches du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Ott Tänak aborde le Rally Turkey (12-15 septembre) comme le grand favori d'autant qu'il tentera de répéter son succès de l'an passé pour faire un grand pas vers son premier titre.

En grande forme, Ott Tänak s'est ouvert une avance de trente-trois points alors qu'il ne reste plus que quatre rendez-vous à disputer. Les chances de Sébastien Ogier de remporter un septième titre consécutif semblent de plus en plus minces puisque le Français pointe à quarante unités du leader.

Bien que ses quatre succès aient été construits sur sa vitesse de pointe, l'Estonien estime que son approche sur les routes de montagne sinueuses et impitoyables dans la fournaise turque requièrent une approche différente pour mener sa Toyota Yaris WRC à la victoire.

« Il ne faut pas être tout le temps à la limite ici », a-t-il reconnu. « Il est primordial de trouver un rythme qui convienne aux conditions, puis de rouler à cette vitesse. »

Des ces conditions difficiles, où la température ambiante avoisine 35°C, des contraintes anormalement élevées s'exercent sur les freins, les moteurs et les transmissions. Il y a douze mois, Thierry Neuville et Sébastien Ogier ont ainsi appris à leurs dépens que la vitesse pure ne suffisait pas en Turquie.

Les deux pilotes avaient été contraints à l'abandon lors d'un rallye se jouant à l'endurance. De son côté, Ott Tänak avait adopté une approche prudente en acceptant que sa voiture n'était pas aussi performante que les autres et son pari s'était avéré gagnant puisque l'Estonien s'était imposé après avoir longtemps été au-delà de la cinquième place.

Le leader du classement général prévoit d'appliquer une stratégie similaire cette semaine.

Les routes sinueuses en Turquie sont parmi les plus lentes de la saison.

« Nous n’attaquerons pas comme des fous d’entrée pour remporter ce rallye », a-t-il assuré. « J’aimerais juste être en mesure de le remporter dimanche après-midi. Je pense que Seb et Thierry sont ceux qui doivent prendre davantage de risques. Si vous voulez gagner ici, le plus important est de ne pas vous arrêter pour un problème ou une crevaison. Cela devrait vous garantir un bon résultat en Turquie. »

Aligné cette année au volant d'une Citroën C3 WRC, Sébastien Ogier a admis qu’il ne pouvait pas se permettre de connaître les mêmes déboires que l'an dernier pour préserver ses espoirs de titre.

« Les spéciales vues l’an passé étaient sans aucun doute les plus difficiles jamais affrontées durant ma carrière », a-t-il admis. « L’équipage qui avait gagné n’était clairement pas le plus rapide, donc nous devrons peut-être ajuster notre approche cette année, d’autant plus que nous ne pouvons plus nous permettre la moindre erreur pour le championnat. »

Blessé au dos, Elfyn Evans sera absent pour le troisième rallye d'affilée et cèdera le volant de sa Ford Fiesta WRC de l'équipe M-Sport au Suédois Pontus Tidemand.

Le rallye débutera jeudi soir à Marmaris. Les concurrents défieront dix-sept spéciales totalisant 309,86 kilomètres chronométrés avant l'arrivée dimanche en début d'après-midi.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Turkey avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News