ES8 : Ogier à l'attaque

Sébastien Ogier a réalisé une performance impressionnante dans la première spéciale du samedi matin au Rally Turkey pour revenir à une seconde de son équipier Esapekka Lappi, toujours leader.

ES8

Yeşilbelde 1 (33,00 km)
Le samedi commence par un sacré défi avec une spéciale longue et exigeante. Elle longe la côte sur de longues portions dans sa seconde moitié avec une vue spectaculaire sur la mer avant les derniers kilomètres. La route est d'abord large et meuble avant de devenir plus cassante, mais c'est seulement à mi-parcours que les pilotes trouvent une ligne droite digne de ce nom. Le tronçon initial de 1,44 km est inédit.

Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) était le seul pilote à parier sur une monte mixte de deux pneus durs et deux médiums et ce choix s'avérait payant puisqu'il complétait les trente-trois kilomètres d'Yeşilbelde avec 16''7 d'avance sur Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC), pourtant auteur du deuxième meilleur temps.

« J’étais surpris qu'assez peu de pilotes les choisissent (les médiums) », confiait le Français, revenu à une seconde seulement de la tête. « J’ai essayé de les préserver tout au long de la spéciale et cela a l’air d’aller pour l'instant. »

Sa satisfaction contrastait avec le désespoir de Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC). Le Belge entamait la spéciale à 7/10e de Sébastien Ogier et suivait le rythme du champion en titre aux différents intermédiaires avant qu'une erreur au dix-septième kilomètres lui coûte plus de quatre minutes et demie, le reléguant ainsi au neuvième rang.

« Il y avait un virage à droite très long, suivi d'un gauche dans la poussière que je n'ai pas vu », racontait le pilote Hyundai. « Une pierre m'a expédié en dehors de la route et j'ai dû essayer de revenir. »

Esapekka Lappi semblait détendu malgré la performance de son équipier. 

« Tout va bien, rien de grave », déclarait-il. « Le capot s'est mis à s'ouvrir. Je pense que la voiture était tellement secouée que le loquet a sauté. Il se soulevait pas mal. Sébastien a signé un chrono de dingue. Je ne peux pas utiliser les médiums comme lui puisque je ne suis pas aussi bon pour gérer l'usure des gommes. »

Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) profitait du problème de Thierry Neuville pour reprendre la troisième place, mais le Finlandais se retrouvait sous la pression d'Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC), auteur du troisième temps bien qu'il ait manqué un virage et calé. L'écart entre les deux hommes s'élevait à 3''9.

Leader du championnat, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) était le troisième pilote à s'élancer après un vendredi difficile. Ses espoirs de remontée étaient handicapés par la terre meuble à balayer sur la spéciale.

« Nous n’avons aucune chance depuis cette position », se lamentait le pilote Toyota, désormais septième au général. « C’est meuble, glissant et piégeur. Les sensations ne sont pas géniales. »

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Turkey avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts

VIDEO

More News