ES9/10 : Lappi contient Ogier

Esapekka Lappi a résisté aux attaques de Sébastien Ogier en tête du Rally Turkey lors d'un samedi matin mouvementé ayant vu l'abandon du leader du championnat, Ott Tänak.

ES9 & ES10

ES9 - Datça 1 (8,75 km)
Datça est la spéciale emblématique du Rally Turkey avec de fabuleux décors dignes de carte postale et bien plus encore. Des routes rapides et fluides aux portions étroites et sinueuses, de la terre cassante et meuble et une descente spectaculaire vers la mer font d'elle un classique. Les deux derniers kilomètres ont été supprimés par rapport à l'an passé.

ES10 - Kizlan 1 (13,30 km) 
Nouveauté de cette année, Kizlan est la spéciale la plus rapide du week-end à travers des routes de desserte dans des champs d'éoliennes. Plusieurs grosses bosses font place à des routes larges, puis à une portion plus étroite et technique sur un terrain rocailleux en forêt. Le terrain redevient ensuite plus large et roulant jusqu'à l'arrivée.

Si Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) terminait la boucle de trois spéciales avec 10''0 d'avance sur son équipier Sébastien Ogier, l'attention se tournait rapidement sur l'abandon d'Ott Tänak (Toyota Yaris WRC), à l'arrêt sur le routier menant à Datça (8,75 km).

« Je suis arrivé ici, j'ai commencé à mettre mon casque, m’installer dans la voiture… Et puis impossible de la démarrer », racontait-il. « J’image que c’est lié à l’électrique comme tout est en mode sécurité. Nous nous étions arrêtés ravitailler cinq kilomètres avant et nous sommes repartis comme si tout allait bien… »

« Cela rend les choses bien plus faciles », estimait l'Estonien à propos de ses chances dans sa quête d’un premier titre mondial. « Il n’y a plus besoin de contrôler, il faut juste repartir à l’attaque. Cela peut arriver, mais nous devons rester forts et tourner la page même s’il sera difficile de jouer la couronne avec autant de soucis. »

Cet abandon est survenu peu après qu'un de ses rivaux pour le titre, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), perde quatre minutes en glissant en dehors de la route. De quoi faire le bonheur du troisième larron, Sébastien Ogier !

Auteur d'un choix de pneus inspiré dans la première spéciale du jour, le Français est revenu à une seconde d'Esapekka Lappi, qui répliquait avec le deuxième temps dans Datça et le scratch dans l'ultra-rapide Kizlan pour se reconstruire une marge de dix secondes.

« C’était une matinée sans souci avec un rythme régulier », déclarait le leader. « Dans la première spéciale, je n'ai pas du tout pu rivaliser avec Sébastien qui a très bien géré ses pneumatiques. Nous prenons confiance comme nous allons dans la bonne direction sur la terre, mais c’est encore loin d’être fini. »

« Je pense que nous étions un peu limite avec ce choix, mais cela a fonctionné », se réjouissait Sébastien Ogier après avoir croisé les durs et les médiums proposés par Michelin. « Il n'y a aucune raison de prendre des risques, mais il reste quelques conditions cassantes à affronter donc ce n’est terminé. »

Les pilotes Citroën Racing comptaient une minute d'avance sur Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC). Avec le meilleur temps dans Datça et sans jamais finir en dehors du trio de tête ce matin, le Norvégien prenait l'avantage sur Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), relégué à 12''6. 

Cinquième, Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) était déterminé à contenir les Toyota Yaris WRC de Jari-Matti Latvala et de Kris Meeke. L'Espagnol comptait 25''7 d'avance sur le Finlandais, passé devant son équipier britannique après le tête-à-queue de ce dernier dans Kizlan.

Découragé, Thierry Neuville occupait la huitième place devant Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) et Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia R5), leader du WRC 2.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Turkey avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts

VIDEO

More News