ES9/10 : Dingue, complètement dingue !

Andreas Mikkelsen a retrouvé la tête du Rallye de Turquie après une matinée mouvementée éliminant le leader du classement général Thierry Neuville et forçant son rival Sébastien Ogier à une course contre-la-montre pour rester dans le match.

ES9 & ES10

ES9 : Datça 1 (10,70 km)
Datça pourrait bien devenir la signature du Rallye de Turquie. Elle propose de fabuleux décors avec la Méditerranée en arrière-plan, mais aussi bien plus que cela. Mêlant des routes rapides et fluides à des portions étroites et sinueuses, le terrain varie aussi entre la terre meuble ou cassante. Avec sa vertigineuse descente vers la mer, cette spéciale a tout pour devenir un classique.

ES10 : (Içmeler 1 (20,37 km)
Trois portions asphaltées entrecoupent cette spéciale, qui est une des plus rapides du rallye puisque seuls les derniers kilomètres sont sinueux et en montée. Il y a beaucoup de terre en surface. Le balayage du premier passage laissera place à une base plus rocailleuse qui devrait présenter un sacré défi pour les pneus lors de la deuxième boucle. 

Thierry Neuville (Hyundai i20) a été le premier à rencontrer des problèmes en voyant sa suspension avant gauche transpercer le capot moteur dès la première spéciale du jour, Yeşilbelde.

Après avoir été plus rapide de huit secondes que Sébastien Ogier (Ford Fiesta) au précédent intermédiaire, le Belge a rallié tant bien que mal l'arrivée avec trois minutes et demie de retard. Avec son copilote Nicolas Gilsoul, les deux hommes ont inversé des pièces de suspension avant et arrière sur le bord de la route, mais les dégâts étaient trop importants pour continuer.

Sébastien Ogier a alors signé le scratch pour prendre 25''5 d'avance sur Andreas Mikkelsen (Hyundai i20), mais le Français a connu à son tour des problèmes en cassant un bras de suspension dans Datça. Le Français et Julien Ingrassia ont tenté de remplacer la pièce, mais la réparation s'est avérée complexe et extrêmement chronophage.

Leur équipier Elfyn Evans (Ford Fiesta) s'est alors arrêté pour ajouter ses conseils à ceux des ingénieurs de M-Sport au parc d'assistance, tout comme Henning Solberg (Skoda Fabia R5), fin connaisseur de la Fiesta.

Finalement parvenu à ses fins, Sébastien Ogier s'est présenté au départ de la spéciale suivante (Içlemer) avec six minutes de retard, ce qui lui a valu une minute de pénalité. La réparation temporaire a tenu et le champion du monde en titre s'est offert le meilleur temps, 6''4 devant Andreas Mikkelsen, pour remonter au quatrième rang à 46''1 de la tête.

« Je pensais qu'on n'y arriverait jamais, franchement », a-t-il lâché. « On a eu beaucoup de mal à remettre le bras de suspension en place. On a perdu énormément de temps et j’ai vraiment failli baisser les bras parce que je n'avais plus d'énergie. C'est arrivé au milieu de la route, derrière un 'ciel'. Je n'ai même pas vu ce qu'il y avait – apparemment un trou ou quelque chose. J’ai cru que je devrais faire la spéciale avec la propulsion seulement puisque nous avons dû endommager la transmission pour faire nos réparations de fortune. Tous les boulons n’étaient pas serrés, donc j’étais surpris que cela tienne. »

Pendant ce temps, Andreas Mikkelsen a remporté Datça avant de retrouver l'assistance avec 36''3 d'avance sur Ott Tänak (Toyota Yaris), qui a également connu une frayeur avec sa direction assistée  L'Estonien est néanmoins passé devant son équipier Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) pour 2''1.

Derrière Ogier, Hayden Paddon (Hyundai i20) est cinquième, bien qu'ayant calé dans Datça, devant Craig Breen (Citroën C3), qui a manqué une épingle dans la même spéciale. Suivent Teemu Suninen (Ford Fiesta), Henning Solberg, le leader du WRC2 Chris Ingram (Skoda Fabia R5), ainsi que Jan Kopecký (Skoda Fabia R5).

Esapekka Lappi (Toyota Yaris) a rejoint la liste des abandons après avoir heurté un talus, sa Yaris étant restée bloquée sur un remblai escarpé. Le Finlandais et son copilote Janne Ferm sont sortis de la voiture avant que cette dernière ne plonge quelques minutes plus tard.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Turkey avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News