Analyse : la victoire de Tänak au GB

Les athlètes de haut niveau ne s'en préoccupent peut-être pas, leur esprit étant dédié à tirer le meilleur profit de chaque instant d'une saison... Mais laissez-les rêver et le retour de bâton peut être cruel.

Ott Tänak s'était autorisé à rêver l'an dernier. Après un passage à vide lui ôtant presque toute chance dans la course au titre, l'Estonien ne s'en sortait pas... Mais c'était avant son exceptionnel triplé avec des victoires en Finlande, en Allemagne et en Turquie.

La suite menait les concurrents au Wales Rally GB. Ott Tänak survolait encore les débats, d'une bonne tête. Il quittait Myherin pour rejoindre Sweet Lamb samedi après-midi en étant virtuellement en tête du championnat.

Pourrait-il le faire ? Allait-il le faire ? Peut-être bien que oui.

Puis vint ce virage à gauche au sommet d'une colline se dressant au-dessus de milliers de spectateurs brandissant le drapeau de son pays natal. Au freinage, le pare-moteur de sa Toyota Yaris WRC s'enfonçait, se cassait et endommageait de manière irréversible l'avant de la voiture.

La réaction d'Ott Tänak avait été poignante d'émotion. Allongé sur le sol, le regard vers le ciel, l'Estonien voyait le rêve qu'il s'était dessiné se transformer en cauchemar. Il se releva et tenta de reprendre du poil de la bête en Espagne et en Australie, mais ce n’était pas son année.

En arrivant à Llandudno le week-end dernier avec son copilote Martin Jarveoja, les deux hommes avaient bien l'intention d'achever ce qu'ils avaient commencé il y a douze mois au Wales Rally GB.

Ott Tänak se rapproche de son rêve ultime.

Cette fois, les fondations de leur succès étaient bien plus solides. En tête du championnat, le duo a dominé le week-end pour s'offrir un score parfait de trente points en remportant l'épreuve et la Wolf Power Stage.

L'approche devait être différente. Après avoir perdu neuf secondes dans une frayeur à Oulton Park jeudi soir, Ott Tänak a consacré son vendredi à reprendre le dessus sur son équipier Kris Meeke.

Une fois devant, tout s'est joué au dixième et au millimètre. Il n'y avait aucun gain de temps énorme à faire cette fois, mais ne vous y trompez pas, Ott Tänak était loin de se montrer conservateur. Au contraire, il a attaqué fort. Très fort.

S'il n'a pu creuser l'écart sur ses rivaux Thierry Neuville et Sébastien Ogier derrière lui, Ott Tänak a affiché une nouvelle corde à son arc : sa capacité à piloter de manière régulière sur le fil du rasoir.

Sur une épreuve comme le Pays de Galles, où le niveau d'adhérence change d'un virage à l'autre, cela nécessite une grande confiance en la voiture et une confiance en soi monstrueuse. Il possède donc les deux. C'est ce qui l'a aidé à parachever son triomphe au Pays de Galles et c'est très probablement cela qui lui permettra de réaliser son rêve le mois prochain aux antipodes.

VIDEO

More News