Les bruits du parc...

Quinze jours avant le départ du Wales Rally GB, les températures oscillaient autour de 25°C et les spéciales étaient baignées de soleil...

Fort heureusement, tout est rentré dans l'ordre avec l'arrivée de la pluie juste avant les reconnaissances.

Certains pourraient considérer cela comme un mauvais présage, mais comment imaginer le Pays de Galles sans boue ? Ce serait comme la Suède sans neige. Le bourbier formé par les conditions difficiles et changeantes font partie de l'ADN de la manche britannique du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Les spéciales étaient, comme à leur habitude, superbes. Mais cette chronique prend place au cœur du parc d'assistance où nous avons trouvé un Andrea Adamo heureux.

« J'aime les endroits comme celui-ci », confiait le directeur de l’équipe Hyundai Motorsport. « Nous avons enfin les voitures et le parc d'assistance au plus près des gens. Nous devons être dans leurs vies. Ce n’est pas acceptable d’avoir un parc d’assistance au milieu de nulle part. J’aime donc cela, vraiment. Et je pense que nous sommes appréciés. Nous apportons plus de vie ici. »

L'Italien avait absolument raison. Amener le parc d'assistance vers les populations n'est jamais une mauvaise chose. Certes, cela demande des ajustements ici et là, mais cette philosophie est absolument fondamentale.

La même chose peut être dite pour la cérémonie de départ à Liverpool, qui n'a besoin que d'une super-spéciale en centre-ville pour être encore plus parfaite.

Mais le meilleur atout du parc d'assistance ? L'arrivée. L'émotion et l'atmosphère... On aurait pu entendre une plume tomber lorsque Petter Solberg a raccroché le casque au terme d'une brillante carrière.

Et puis il y a eu ce saut d'Ott Tänak. Le poing droit levé haut, il exorcisait son cauchemar vécu douze mois plus tôt pour franchir une nouvelle étape dans sa quête d'un premier titre mondial.

Il faisait bon vivre au Pays de Galles la semaine dernière.

VIDEO

More News