Ott Tänak, clé du mercato

C'est en avril qu'Ott Tänak a commencé à évoquer son futur en vue de la saison 2020. L'Estonien voulait que les choses soient faites rapidement. Six mois plus tard, nous attendons toujours. Lui aussi.

Ott Tänak allait revenir chez M-Sport Ford, où Malcolm Wilson l'attendait pour cinq ans. Puis il resterait finalement avec Toyota Gazoo Racing. Sauf qu'une rumeur l'envoyait du côté de Hyundai Motorsport avant qu'il ne reste vraiment chez Toyota...

Les rumeurs suggèrent que les discussions avec Hyundai auraient repris et qu'il pourrait aborder la saison prochaine de bleu vêtu. Après tout. Vraiment ? Personne ne le sait.

Ce feuilleton en coulisse dure depuis plus longtemps que celui de Sébastien Ogier l'ayant emmené chez M-Sport après le retrait de Volkswagen. Douze mois plus tard, un nouvel épisode avait eu lieu lorsque le Français flirtait avec d'autres équipes avant de prolonger.

Ce scénario semble toutefois assez simple face aux nombreux rebondissements impliqués dans les discussions d'Ott Tänak.

Il ne fait aucun doute que le pilote Toyota détient toutes les cartes entre ses mains. Toutes les équipes le veulent, sauf Citroën Racing où Sébastien Ogier et Esapekka Lappi sont déjà confirmés pour la saison prochaine. Une fois que nous connaîtrons l'avenir du leader du championnat, toutes les cartes s'abatteront et les pièces du puzzle s'assembleront.

Craig Breen, Kris Meeke, Jari-Matti Latvala et Andreas Mikkelsen doivent tous faire preuve de patience en attendant sa décision.

Carlos Sainz (à gauche) et Colin McRae ont eux aussi connu des transferts chocs.

La raison pour laquelle des mercatos aussi langoureux sont si rares de nos jours vient du fait que les champions précédents connaissaient leurs destins.

Avant de rejoindre M-Sport, Sébastien Ogier était resté chez Volkswagen de 2012 à fin 2016. Auparavant, Sébastien Loeb était employé par Citroën de 2001 jusqu'à son départ à temps plein du WRC. Pendant des années, les transferts chocs ont été rares.

La signature entre Kris Meeke et Toyota l'an passé a soulevé quelques sourcils, mais cela ne ressemblait en rien à la tornade médiatique de Colin McRae passant de Subaru à Ford après la saison 1998. L'Écossais ne piloterait plus une Subaru... Le monde entier a mis du temps à le réaliser.

Il y avait aussi eu Carlos Sainz et ses passages de Ford à Toyota, à Lancia, à Subaru, à Ford, à Toyota, à Ford et enfin à Citroën. En avons-nous manqué ? Et chacun de ceux-ci était savemment orchestré par l'Espagnol lui-même, hormis son troisième relais chez Ford provoqué par l'exclusion de Toyota en 1996.

Aussi difficile à prédire qu'il puisse l'être, le mercato cette année est encore loin du bon vieux temps. Pour le moment...

VIDEO

More News