Nos cinq moments préférés du Japon

Le Japon a préparé son épreuve candidate tout en étant confirmé au calendrier et le WRC investira Nagoya dans cinquante-quatre semaines. Avant cela, tous les yeux seront tournés ce week-end sur le Central Rally Aichi, la grande répétition du futur Rally Japan.

Pour célébrer le retour du WRC en péninsule nippone, voici les cinq moments préférés de wrc.com à propos du Rally Japan.

1. Une première mythique
Quinze jours avant le premier Rallye du Japon en mondial, Petter Solberg aurait tourné en dérision toute chance de victoire et personne n'avait le cœur à rire puisque le Norvégien et son copilote Phil Mills étaient encore en convalescence après le plus gros accident de leur carrière... Ils allaient pourtant vivre l'un des plus beaux week-ends de l'histoire de Subaru en signant un succès inoubliable avec l'Impreza WRC.

2. L'homme aux records
En 2006, Sébastien Loeb s'est imposé pour franchir le premier de nombreux jalons lors de son incroyable carrière. Au volant de sa Citroën Xsara WRC engagée par Kronos Racing, le Français s'imposait avec 5''6 d'avance sur Marcus Grönholm pour devenir le pilote comptant le plus grand nombre de victoires en mondial (vingt-sept) en effaçant Carlos Sainz... Et nous aurions également pu choisir l'un des titres mondiaux obtenus par Sébastien Loeb sur l'île d'Hokkaido (2005 et 2008).

3. Un succès populaire
Peu de pilotes aimaient autant le Rallye du Japon que Mikko Hirvonen. Le plus sympathique des Finlandais appréciait tout particulièrement l'épreuve en Extrême-Orient et sa capacité à embrasser la culture locale lui a valu de nombreux fans, qui ont dignement célébré sa première et unique victoire sur les terres nippones en 2007. En confiance comme jamais avec sa Ford Focus RS, il aurait facilement dominé la Citroën C4 de Sébastien Loeb même si le Français était resté sur la route...

Le Central Rally Aichi dévoilera un avant-goût du Rallye du Japon 2020.

4. Bienvenue en WRC
Découvrir Obihiro il y a quinze ans était toute une aventure. Depuis 1999, le WRC ne s'était pas rendu en Extrême-Orient, mais le Japon offrait une perspective différente de la Chine. Le Japon a accueilli le WRC à bras ouverts et le rallye s'est installé à Tokachi sur l'île d'Hokkaido. De « Noodle Alley », où le poulet bang-bang s'accompagnait d'une bière glacée, aux contrées charmantes telles que Rikubetsu - la ville la plus froide du Japon - le rallye a été soutenu comme nulle part ailleurs par la ferveur du public local.

5. Le Dôme
Lorsque le rallye a quitté Obihiro pour le sud en 2008, le parc d'assistance s'est établi au Dôme de Sapporo. Inauguré en 2001, le bâtiment - qui allait ensuite accueillir l’équipe de baseball Hokkaido Nippon Ham Fighters - formait l'un des plus beaux parcs de l’histoire du WRC. Mieux encore, il servait de cadre à une super-spéciale couverte et du shakedown en 2010. Kimi Räikkönen n'en était toutefois pas friand après s'être fait piéger par un sol poli et avoir découvert que certaines barrières en plastique étaient en fait en béton…

Demain : la présentation du Central Rally Aichi.

More News