Le WRC en 2018 :
rétrospective (partie 1)

La saison 2018 du Championnat du Monde FIA des Rallyes restera dans les annales après treize chapitres riches en spectacle, en émotions et en rebondissements jusqu'au dernier en Australie.

Dans notre rétrospective, nous mettons l'accent sur les moments forts de cette saison fantastique.

Sébastien Ogier, son titre le plus difficile

Sébastien Ogier a passé la sixième. Ne lui reste plus que trois titres pour égaler un autre français dont le prénom est Sébastien... Sébastien Loeb.

Néanmoins, les apparences sont souvent trompeuses. Il a en effet fallu attendre 2018 pour le voir mis sous pression et batailler jusqu'au dernier rallye du calendrier pour remporter la couronne mondiale.

Avec trois victoires sur les quatre premiers rallyes, le pilote M-Sport Ford a rapidement compté dix-sept points d'avance sur Thierry Neuville. Ce dernier allait toutefois enchaîner les victoires et donner une toute autre tournure à la saison, d'autant plus que le Champion du Monde en titre se faisait piéger par une racine au Portugal.

Avant la Grande-Bretagne, Sébastien Ogier comptait vingt-trois unités de retard sur son rival à trois manches de la fin de saison. Relégué au troisième rang du classement général, le Français a échangé le rôle du chassé pour celui de chasseur. Dos au mur, il a alors fait valoir toutes ses qualités offensives. Vainqueur à la force du poignet au Pays de Galles, il a enchaîné avec une deuxième place en Espagne pour arriver en Australie avec trois points d'avance sur le Belge alors qu'Ott Tänak était toujours en embuscade.

La victoire de Sébastien Ogier en Grande-Bretagne s'est montrée décisive.

Dans les forêts de Nouvelle-Galles du Sud, Sébastien Ogier a manoeuvré à la perfection malgré sa position d'ouvreur, et donc de balayeur, le premier jour.

Malgré cet handicap, sa détermination, son refus de se laisser abattre et son expérience acquise lors de cinq titres précédents lui ont permis d'en obtenir un sixième alors qu'il n'avait pas forcément le rythme pour jouer la gagne aux antipodes.

Son approche lui a permis de s'enlever toute pression avant le départ et il n'a jamais commis d'erreur sur des spéciales figurant parmi les plus difficiles du calendrier. En parallèle, ses deux adversaires partaient à la faute...

Sébastien Ogier sera le premier à admettre qu'il a su profiter à plusieurs reprises de l'aide de ses équipiers Elfyn Evans et Teemu Suninen, sacrifiant leurs chances de résultats pour le bien de l'équipe. Ce serait toutefois oublier des performances figurant parmi les meilleures de sa carrière.

Rétrospectivement, sa dernière étape dans les forêts de Gwydir veut tout dire. Revenu en tête du Rallye de Grande-Bretagne avec une prestation « frôlant la perfection », le Français a su se battre dans les moments cruciaux pour remporter un nouveau titre... Peut-être le plus beau de sa carrière à ce jour !

Demain : Ott Tänak et Kris Meeke.

VIDEO

More News