Un dimanche en Australie :
la passe de six pour Ogier

Sébastien Ogier a décroché son sixième titre consécutif en Championnat du Monde FIA des Rallyes, dimanche après-midi, après une dernière manche chaotique en Australie.

Son pilotage mesuré jusqu'à la cinquième place du Kennards Hire Rally Australia a contrasté avec le déchirement connu par Thierry Neuville et Ott Tänak, tous deux sortis de la route en essayant de préserver leurs espoirs de titre.

Serein, Sébastien Ogier a brillé après les fortes pluies ayant transformé les routes de terre forestières en véritable bourbier et a réalisé un sans-faute quand Thierry Neuville et Ott Tänak, leader samedi soir, ont frôlé la catstrophe dans les trois premières spéciales de la matinée.

Le pire était toutefois à venir. Thierry Neuville a garé sa Hyundai i20 dans l’antépénultième secteur chronométré après avoir accroché un talus et arraché la roue arrière gauche de sa Hyundai i20. Une spéciale plus tard, Ott Tänak a percuté un arbre, sifflant la fin définitive de ses aventures.

Sébastien Ogier a pu se permettre de célébrer son titre dans la Power Stage, sachant qu'il avait le championnat en poche pour sa dernière sortie au volant d'une Ford Fiesta de l'équipe M-Sport. L'an prochain, le Français rejoindra Citroën.

Jari-Matti Latvala s'impose pour la première fois depuis la Suède 2017.

« Quelle saison incroyable ! », a déclaré Ogier.  « Ça a été très serré, avec des hauts et des bas. Il n'y a pas si longtemps, on se disait que le titre serait dur à remporter, mais on n'a jamais baissé les bras. Au final, on le gagne pratiquement dans la dernière spéciale. Il y a beaucoup d'émotion ! » 

La première erreur d'Ott Tänak avait permis à son équipier Jari-Matti Latvala de reprendre les commandes du rallyes. Son abandon a ensuite entériné la première victoire du Finlandais depuis février 2017 et il préserve par la même occasion son record le voyant s'imposer au moins une fois par an en WRC depuis 2008.

Ce succès a également assuré le titre constructeurs à Toyota Gazoo Racing, revenu en WRC la saison passée après dix-sept ans d'absence.

« Cela a été trop long, presque deux très longues années », a confié le vainqueur, qui comptait 32''5 d'avance. « Je perdais l’espoir que je pourrais gagner un rallye mais ces conditions piégeuses sont allées dans mon sens. »

Les derniers espoirs de Neuville se sont envolées dans l'ES22.

Hayden Paddon a survécu au chaos du dimanche pour prendre la deuxième place. Le pilote Hyundai devance de 19''7 le Norvégien Mads Østberg, qui menait les débats vendredi soir et a fini avec un panneau de portière arrière droit en moins sur sa Citroën C3.

La Toyota Yaris d'Esapekka Lappi s'est classée quatrième devant Sébastien Ogier et son équipier Elfyn Evans.

Après cinq excursions hors piste en six spéciales, Craig Breen termine septième. En parallèle, Teemu Suninen a abandonné avant la dernière spéciale en raison d'un impact sur sa Fiesta dans celle d'avant. Alberto Heller, vainqueur en WRC 2, le Champion d'Australie Steve Glenney et Jourdan Serderidis ont donc complété le top dix.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Kennards Hire Rally Australia avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

Video

More News