Quelques mots du parc...

Teemu Suninen a fait face à un dilemme : que faire ? Face aux dizaines de milliers de fans scandant son nom, il n'avait plus rien à offrir, plus rien à donner. Il avait déjà littéralement donné à la foule tout ce qu'il avait au début de la cérémonie...

Quid de sa propre casquette et celle de son copilote Marko Salminen ?

Le Finlandais a un peu hésité en se rappelant des consignes de la responsable presse et communication de M-Sport Ford World Rally Team : « N'oubliez pas que vous aurez besoin de vos casquettes lors du rallye. »

Au risque de s'attirer les foudres d'Anna Rudd, deux autres casquettes volèrent. Et la foule s'est embrasée. Bienvenue au Chili.

Dès le début, les organisateurs du Copec Rally Chile avaient évoqué la nécessité de faire le show. Bien sûr, le côté sportif de l’événement prédominait, mais le spectacle allait être observé par les fans du monde entier.

Le Chili avait l'occasion de rayonner. Le Chili n'a pas déçu.

Les éloges ont été unanimes jeudi soir pour la cérémonie de départ. Et ce coup d'envoi haut en couleurs s'est confirmé à chaque mètre d'un itinéraire à couper le souffle lors des trois jours suivants. 

Pour tenter de décrire les routes, les équipages se sont tournés vers le Pays de Galles, la Finlande, l’Australie pour les arbres ou encore la Nouvelle-Zélande pour les routes cambrées. Mais il s'agissait bel et bien du Chili.

Vainqueur de six titres mondiaux consécutifs, Sébastien Ogier connaît déjà bien les plus belles spéciales de la planète. Le Français est toutefois tombé amoureux des forêts et montagnes situées tout près de l'Océan Pacifique.

Sébastien Ogier a été conquis par les routes chiliennes.

« Les routes sont belles », a-t-il confié. « Variment belles. Il y a un peu de tout. »

Qui sommes-nous pour contredire un tel expert ? 

De manière compréhensible, les pilotes et les copilotes se concentrent surtout sur les routes, mais les simples mortels au volant de voitures de location avaient l'occasion d'admirer le paysage au-delà des cordes et de la sortie de chaque virage quelques jours avant le départ. Une petite reconnaissance incroyablement enrichissante...

Les nuages arrivant du Pacifique, emprisonnés dans les vallées entre les montagnes et éclairés par le magnifique soleil de l’hémisphère sud, ont ralenti notre progression pour remplir l'iPhone de milliers d’images d'un décor ne laissant pas indifférents tous ceux qui étaient présents. 

Quand Ott Tänak est sorti de sa Toyota Yaris après sa victoire, l'Estonien citait le Chili comme son nouveau rallye préféré. Et personne ne l'a repris, ni même contredit. Et avec le recul, nous savons également que ce premier itinéraire n'était que la partie visible de l’iceberg tant l'éventail de routes disponibles et intactes est impressionnant.

En arrivant d’Argentine via les Andes, personne ne savait vraiment à quoi s’attendre au Chili, mais la dernière addition du Championnat du Monde FIA des Rallyes a tenu toutes ses promesses, et bien plus encore.

VIDEO

More News