Éloges pour les spéciales chiliennes

Les stars du WRC ont été élogieuses à tous les niveaux envers les spéciales du Copec Rally Chile, nouveau venu au calendrier du Championnat du Monde FIA des Rallyes (9-12 mai).

Après avoir parcouru les seize spéciales durant deux jours de reconnaissance pour prendre leurs notes, les équipages ont été enthousiasmés par la variété du défi proposé par les pistes forestières notamment. 

Plusieurs pilotes ont comparé les routes en terre autour de Concepción à celles de Finlande, d’Australie ou de Grande-Bretagne, à l'image du Champion du Monde en titre Sébastien Ogier.

« Elles paraissent belles », , a dit le pilote Citroën. « La majorité des spéciales est en bonne condition, avec une surface meuble la plupart du temps. Il y a quelques spéciales rapides, surtout le samedi, mais certaines portions sont aussi très techniques. »

Ott Tänak, l'un de ses rivaux dans la course au titre, a admis avoir été surpris par la nature meuble des routes utilisées régulièrement par des grumiers.

« Quand on vient en Amérique du Sud, on s'attend à des conditions cassantes et à des routes très exigeantes », a confié l'Estonien du Toyota Gazoo Racing. « Elles sont exigeantes, oui, et le rythme y change constamment, mais elles sont très belles. La meilleure partie est peut-être le dimanche, où les routes sont assez étroites mais avec beaucoup de sauts et de crêtes. Le rallye débute avec quelques sections lentes et va graduellement de plus en plus vite. »

Ott Tänak est impatient de relever le défi chilien.

Auteur du meilleur temps au shakedown jeudi après-midi, Andreas Mikkelsen estime que la plus longue spéciale du vendredi sera la plus difficile du rallye.

« Le vendredi est la journée clé pour signer un bon résultat », a déclaré le pilote Hyundai Motorsport. « Les spéciales semblent assez glissantes et la météo prévoyant un peu de pluie, s'élancer tôt sur la route sera un avantage. »

Le Norvégien a promis d'être prudent dans les cordes, les courageux pouvant y gagner de précieux dixièmes de seconde.

« Voir les dangers que sont les pierres et les souches d'arbre est très difficile », a-t-il ajouté. « Ils ont coupé les côtés de la route et laissé la végétation par-dessus, donc on ne sait pas ce qu'il y a dessous. On peut aller plus vite dans un virage si on coupe, mais on ne sait jamais ce qui s'y trouve. Une erreur et votre rallye est fini… »

Écoutez d'autres avis de pilotes dans notre podcast spécial ici.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Copec Rally Chile avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News