La parole aux pilotes : Gus Greensmith

Le Britannique Gus Greensmith fera ses débuts au volant d'une Ford Fiesta WRC à l'occasion du Vodafone Rally de Portugal. Le leader de la catégorie WRC 2 Pro s'exprime avant sa promotion.

J'avais un peu mal à la tête en ressortant de la sublime M-Sport Ford Fiesta WRC après mon premier run dans la spéciale d'essais au Portugal. Tout se passe si vite que votre cerveau est lessivé afin de calculer et de comprendre ce qu'il se passe. 

C'était le souvenir que j'avais de mon premier test en novembre dernier tant tout semblait venir d'un autre monde.

La semaine dernière, en milieu de matinée, les choses ont changé. J'étais de plus en plus à l'aise. Et à 11 heures, j'étais déjà au niveau que je souhaitais atteindre avant la fin de la journée. Je repoussais les limites tout en faisant de petits ajustements dans mon pilotage pour travailler encore plus l'après-midi.

Quand vous avez pilotez une R5, votre style de pilotage devient assez physique pour la faire faire ce que vous voulez et l'exploiter au maximum. 

En revanche, il faut du temps pour comprendre qu'une WRC fait ce travail à votre place. Essayez de la piloter comme une R5, maltraitez-la et le résultat ne suivra pas. Vous devez être plus direct et tendre. L'effort et l'apport physique sont bien moindre et cela change totalement la façon de penser la conduite.

La vitesse pure est un aspect auquel je me suis habitué relativement vite. L'aérodynamique et les différentiels œuvrent dans votre sens, la voiture vous donne confiance et les sensations sont incroyables. La vitesse devient plutôt normale même !

J'ai donc passé l'après-midi à passer en revue les différentes options de différentiels. L’équipe et moi avions une bonne idée de ce que nous voulions, mais il était utile de les passer au peigne fin et d'essayer toutes sortes de réglages.

Gus Greensmith a réalisé des essais au Portugal la semaine dernière.

Elfyn [Evans] et Teemu [Suninen] ont effectué des essais au même endroit les trois jours précédents. Leurs données étaient donc très utiles dans ma progression et à la fin de la journée, j’avais couvert 250 kilomètres. Et j'ai adoré chacun d'entre eux.

La Fiesta WRC est sans l'ombre d'un doute la voiture la plus performante que j'ai jamais pilotée. C’est la voiture de rallye la plus rapide jamais construite et je rêve depuis très longtemps d'avoir la chance de disputer un rallye avec.

Je veux avant tout profiter, car une telle opportunité peut ne jamais se représenter. Je n'ai aucune attente ou objectif, seulement prendre du plaisir.

J’ai toujours été extrêmement compétitif en me fixant des objectifs tout au long de ma vie. Cette fois, je ne le fais pas. Trop de gens, y compris moi, ont travaillé très dur pour y arriver et ne pas tout gâcher dès le premier jour.

Le Portugal est un rallye que j’apprécie beaucoup et je m'y suis toujours senti à l'aise. Je regrette juste les nouvelles spéciales de la première étape, car j'aurais bien aimé commencer sur un terrain plus connu... Les notes auraient pu m'aider, même si je connais assez bien les routes que nous emprunterons ce week-end.

Depuis les essais, le temps s’est écoulé si vite... Je me suis rendu chez M-Sport pour comprendre ce que je pouvais faire avec la voiture et comment y parvenir. J’ai passé du temps avec Rob Wilson [son coach] tout en ne cessant de visionner les caméras embarquées envoyées par les organisateurs. 

Maintenant ? J'ai juste hâte d'être au départ.

Photos : MondegoSport

VIDEO

More News