Pluie d'applaudissements pour le Chili

Vainqueur du premier Copec Rally Chile organisé dans le cadre du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Ott Tänak n'a pas tari d'éloges sur l'épreuve.

Leader dès la deuxième spéciale organisée près de Concepción, l'Estonien a admis que les routes forestières aux abords du Pacifique figuraient déjà parmi ses préférées. 

« L’ambiance était vraiment spéciale dès la cérémonie de départ jeudi soir », confiait-il. « C’était extrêmement agréable de voir autant de fans et de monde soutenir l’événement et cela s’est prolongé tout au long du week-end. Quand nous sommes arrivés, le beau temps n’était pas au rendez-vous. Les reconnaissances ont même eu lieu sous la pluie et dans le brouillard. Nous pouvions voir que les routes étaient belles, mais c’était difficile d’en voir davantage. Dès que le soleil est revenu, les spéciales étaient magnifiques, voire parmi les meilleures du calendrier. C’était un rallye dur, compliqué, avec un peu de tout et des conditions d’adhérence qui ne cessaient jamais de changer dans la première étape. »

Pierre Budar, le directeur de Citroën Racing, affichait également sa satisfaction. 

« Cette épreuve est une belle nouveauté au calendrier », ajoutait-il. « Pour avoir parcouru les spéciales lors des reconnaissances, je dois dire qu’elles sont vraiment très séduisantes. Les routes sont rapides, ondulantes et très variées. Nous avons également reçu un accueil chaleureux du public. Les fans faisaient beaucoup de bruit et ils étaient enthousiastes pendant les cérémonies de départ et d’arrivée. Leur présence très nombreuse s’est faite ressentir sur le bord des spéciales et au cœur du parc d’assistance. »

Entre forêts et collines, le Chili a offert une superbe toile de fond au WRC.

Directeur rallye à la FIA, Yves Matton reconnaissait avoir été impressionné par les débuts du Chili.

« Les spéciales étaient intéressantes et proposaient un veritable défi aux pilotes », a-t-il expliqué. « Les fans ont apporté beaucoup de passion au parc d’assistance. C’était la même chose quand je me suis rendu dans les spéciales. Les cohortes de fans en camping-cars sont inscrits dans l’ADN de notre sport et il me paraît évident que le Chili a sa place en WRC. Bien sûr, il s’agissait de la première année et nous savons à quel point la transition d’un rallye national à une épreuve du WRC est difficile. Certains aspects de l’organisation sont à perfectionner, mais nous continuerons de travailler avec WRC Promoter pour bénéficier des meilleurs experts dans le domaine et en faire un rendez-vous de grande qualité. Étant donné la motivation de l’équipe, je suis convaincu qu’ils peuvent atteindre le top niveau à l’avenir. »

Le Belge en profitait pour saluer le travail de la fédération chilienne pour réunir une liste des engagés bien fournie.

« C’était important d’avoir soixante-trois voitures engagées », concluait-il. « Les Chiliens ont travaillé d’arrache-pied pour se conformer aux règlements FIA et attirer les voitures adéquates. Cela confirme toute la pertinence de les ajouter au calendrier du Championnat du Monde des Rallyes. »

VIDEO

More News