Le debriefing du Chili,
deuxième partie

Dans la seconde et dernière partie de notre analyse du Copec Rally Chile, nous mettons l'accent sur un pilote qui ne gardera pas de bons souvenirs d'Amérique du sud et un équipage qui a su garder le rythme malgré une voiture meurtrie.

Vous n'y croirez pas !
Parti en tonneau dans Rio Lia, la première spéciale du samedi, Kris Meeke n'a pas laissé des dégâts surtout visuels l'arrêter. Sa Toyota Yaris WRC avait toujours du potentiel et une fois la pare-brise cassé complètement ôté, le Britannique et son copilote Seb Marshall ont repris leur route tambour battant dans Maria Las Cruces.

Dotés de protections pour leurs yeux fixés à leurs casques, les deux hommes ont mis la gomme pour signer le quatrième temps d'une spéciale longue de 23,09 km, à seulement 3''7 de Sébastien Loeb, l'homme le plus rapide. Déterminé, l'intrépide duo répétait l'exploit dans le test suivant (Pelún).

Après son déjeuner en plein air, Kris Meeke reconnaissait qu'« il était dur de voir et encore plus difficile de respirer quand la vitesse augmentait ! »

La spéciale du rallye
Nous allons un peu tricher pour une fois. La cérémonie de départ n'est en rien une spéciale, mais il y avait de trop nombreuses prétendantes à ce titre...

Mais jeudi, quelle soirée ! Des dizaines de milliers de personnes se sont donné rendez-vous sur la Plaza de la Independencia de Concepción pour donner le coup d'envoi du rallye avec toute la ferveur, le bruit et la passion qui caractérise si bien le continent sud-américain.

Beaucoup de gens ont utilisé le mot « spécial » pour caractériser la sublime entrée en matière d’un week-end qui allait l’être tout autant.

Andreas Mikkelsen était déçu de sa septième place.

À oublier
Après avoir fait le plein de confiance deux semaines plus tôt en terminant deuxième en Argentine derrière son équipier Thierry Neuville, Andreas Mikkelsen a de nouveau connu un trou d'air. Malheureusement pour le sympathique pilote norvégien, son podium ne lui a pas permis de redémarrer une nouvelle série au Chili...

Vendredi, il tapait une pierre dans la première spéciale et le choc a semblé porter un coup irréversible à sa confiance. Le pilote Hyundai Motorsport se plaignait ensuite d'un manque de stabilité de sa voiture et il a passé une grande partie du week-end à ajuster les réglages de son i20 WRC pour trouver un équilibre le satisfaisant plus.

Sa confiance dans ses notes s'évaporait par la même occasion. Après l'abandon de Thierry Neuville, son unique objectif était d'assurer des points pour le championnat constructeurs... Mission accomplie, mais à une décevante septième place.

VIDEO

More News