La légende d'Arganil

Vous vous demandez pourquoi tout ce buzz autour d'Arganil ? Ce n'est qu'une route, qu'une spéciale, non ? Faux. On parle ici d'une légende. Une légende écrite sur une Fiat, et dans le brouillard.

Remontons le temps jusqu'au Rallye de Portugal Vinho do Porto 1980. Deux Fiat 131 Abarth officielles étaient engagées pour Markku Alén et Walter Röhrl. 

Avec trois victoires au Portugal à son actif, le Finlandais était le favori et a pris les commandes d'entrée... Mais seulement le temps d'une spéciale. Bernard Darniche et Ari Vatanen menaient également jusqu'à ce qu'un joint de culasse grillé et une sortie de route ne frappent respectivement la Lancia Stratos et la Ford Escort RS1800. La voie était libre pour les Fiat.

« À l’époque, j’étais nouveau dans l'équipe Fiat », rappellera Röhrl plus tard. « Alén, qui était Monsieur Portugal, y avait gagné de nombreuses fois et attaquait toujours sur ce rallye. C’était pareil cette fois. Nous avions dix minutes d'avance sur le troisième, mais Markku continuait d'attaquer. J'ai terminé une spéciale et ma voiture d'assistance a surgi et m'est rentrée dedans. Un sale coup. Mes roues n'étaient plus droites. Mais on a pris la route d’Arganil… »

En photo ci-dessus dans ses couleurs Audi quelques années plus tard, Röhrl avait bien préparé cette spéciale de 44 km (raccourcie à 14,44 km pour le Vodafone Rally de Portugal cette semaine). Il avait étudié le terrain et la météo avec des gens du coin.

« Je savais que le brouillard arrivait », racontera-t-il. « Je me suis donc plus concentré sur cette spéciale que n’importe quelle autre. Normalement, je faisais deux ou trois passages en reconnaissances, mais je l’ai fait cinq fois là. Je la connaissais bien. »

Tellement bien qu'il était en mesure de s'allonger sur son lit à l'hôtel, de fermer les yeux, de lancer son chronographe et de parcourir la spéciale de tête.

L'hommage des fans portugais à l'ancien vainqueur Colin McRae.

« Quand j'ai ouvert les yeux, j'étais à l'arrivée de la spéciale », narrera-t-il. « Je me suis arrêté, j'ai regardé le temps et c'était presque le même que dans la réalité. J'y ai été 3’48’’ plus rapide que quiconque. Sur la ligne de départ, j'ai dit à Christian [Geistdörfer, son copilote] de bien serrer son harnais. J'ai dit que je voulais que les autres pilotes rendent leur licence à l'arrivée de cette spéciale. Je voulais tous les battre. »

Et c'est ce qu'il a fait. Il l'a fait en connaissant les virages et les lignes droites par cœur sur près de cinquante kilomètres... Et sans point de repère en raison de la poussière et du brouillard.

« C’était comme si je voyais à travers le brouillard. Cela a montré à quel point la préparation est importante. On prend confiance en se préparant bien et de la confiance découle le courage. »

Et voilà pourquoi Arganil signifie autant sur ce rendez-vous anciennement appelé Port Wine Rally.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Vodafone Rally de Portugal avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News