Le debriefing du Mexique,
deuxième partie

Nous poursuivons notre rétrospective du Rally Guanajuato México en revenant sur une spéciale cruciale, un sauvetage miraculeux et une confession qui nous a tous surpris.

La spéciale du rallye
Depuis les péripéties de Kris Meeke dans un parking en 2017, la Wolf Power Stage du Mexique a la réputation d'être spectaculaire.

Cette année, le pilote Toyota Gazoo Racing a encore fait le spectacle dans un incroyable duel l'opposant à Sébastien Ogier dans la dernière spéciale. Vainqueur du rallye, le Français s'offrait un maximum de points bonus pour 25/1000e de seconde, soit quatre fois moins de temps qu'il n'en faut pour cligner de l'œil !

Le tournant du rallye
Une grande partie du rallye s'est jouée samedi matin lors du premier passage dans Otates (ES11). Kris Meeke y a vu la victoire s'échapper et Sébastien Ogier a saisi l'occasion pour s'emparer des commandes avant de s'échapper en tête. 

Au départ de la spéciale, Kris Meeke comptait 1''3 d'avance sur Sébastien Ogier et le Britannique semblait en mesure de pouvoir reproduire son succès de 2017. Ses espoirs s'envolaient toutefois lorsqu'il crevait à l'arrière droit et lâchait plus d'une minute et demie en choisissant de ne pas s'arrêter. Sa suspension n'en ressortait pas indemne et il perdait 1'45'' dans la spéciale suivante (El Brinco). Pendant ce temps, Sébastien Ogier comptait déjà près de vingt secondes d'avance sur son plus proche poursuivant...

Le sauvetage du rallye
Nous devons saluer la persévérance de Jari-Matti Latvala quia pu rallier l'arrivée grâce à ses talents de mécanicien et son ingéniosité.

Tout comme Thierry Neuville avait employé de la bière en 2014, le Finlandais a failli manquer l'arrivée en raison d'un radiateur cassé... Avant d'employer le système D typique du WRC !

Le pilote Toyota utilisait d'abord du mastic pour boucher le trou avant de refaire le niveau avec sa bouteille d'eau, mais il devait ensuite se lancer dans un sprint de 500 mètres pour la remplir à nouveau dans une rivière, finir ses réparations et rallier l'arrivée de la Wolf Power Stage pour prendre la huitième place. Bravo ! 

La surprise du rallye
Nous avons l'habitude de ne jamais voir un pilote de pointe renoncer, encore moins en WRC... Il était donc surprenant d'entendre les commentaires de Thierry Neuville à l'arrivée de l'ES7 vendredi soir. 

Après avoir fini à 2''8 de son rival Ott Tänak, le Belge secouait la tête en lâchant : « J’abandonne rarement, mais je vais dire que nous n’avons aucune chance de nous battre devant aujourd’hui…. Aucune ! »

Enrhumé, le Belge n'était visiblement pas à l'aise et avait la mine des mauvais jours alors qu'il restait encore quatorze spéciales au programme...

Video

More News