Un vendredi en Corse :
Elfyn Evans leader malgré une frayeur

Vendredi soir, Elfyn Evans occupe la tête du Corsica linea - Tour de Corse après une fin d'étape controversée où il a été gêné par un autre concurrent.

Au départ de la dernière spéciale du jour, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) comptait 4''5 d'avance sur Ott Tänak (Toyota Yaris WRC), mais le Gallois était ensuite gêné pendant près d'une minute après avoir rattrapé Kris Meeke (Toyota Yaris WRC), au ralenti.

Arrivé avec près de onze secondes de retard sur son rival, Elfyn Evans plongeait au troisième rang avant que les officiels ne décident de lui accorder le même temps que l'Estonien. Il retrouvait alors la tête de l'épreuve avec la même marge qu'auparavant.

Tout au long de la journée, les deux hommes se livraient un véritable duel sur les rubans d'asphalte du sud de l'Île de Beauté. Elfyn Evans était le premier à s'emparer des commandes, mais Ott Tänak le devançait finalement au terme de la première boucle... Avant la réplique du pilote M-Sport l'après-midi alors que son adversaire rencontrait un problème avec l'un de ses amortisseurs.

« C’était difficile de trancher sur le cas de la dernière spéciale, mais je pense que la solution est juste », confiait le leader. « C’était une journée vraiment positive, mais un autre gros morceau nous attend demain. Nous devons poursuivre notre duel face à Ott et nous savons que nous pouvons être meilleurs et plus rapides quand tout va bien. »

Troisième, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) pointait à 5''3 d'Ott Tänak. D'abord en difficulté avec le comportement de sa voiture, le Belge était de plus en plus à l'aise au fil de la journée, comme en témoignait son scratch dans la dernière spéciale. Longtemps troisième, Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) ne parvenait pas à reproduire son rythme vu ce matin et glissait à 16''3 de son équipier.

Ott Tänak a bataillé toute la journée face à Elfyn Evans.

Prudent pour éviter tout abandon précoce comme au Mexique, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) terminait l'étape au cinquième rang. Le Finlandais comptait 5''4 de marge sur Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC), frustré par son manque de performances alors que de nombreux observateurs l'avaient hissé au rang de favori.

Après un tête-à-queue lui ayant coûté dix secondes dans la première spéciale, le Français pointait à la huitième place avant de voir sa remontée être ralentie par du sous-virage tout au long de l'étape. Son équipier Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) le suivait en septième position, lui aussi mécontent de sa première journée marquée par un tête-à-queue.

Quadruple vainqueur en Corse, Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) remontait à la huitième place après avoir perdu deux minutes en tapant un trottoir endommageant un bras de suspension dans la première spéciale. Leaders en WRC 2, Éric Camilli (Volkswagen Polo GTI R5) et Yoann Bonato (Citroën C3 R5) complétaient le top dix au moment de retrouver le parc d'assistance.

Parmi les pilotes en difficulté avec leurs notes sur les nouvelles spéciales, on retrouvait Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC). Un temps sixième, le Finlandais chutait au treizième rang après s'être arrêté pour changer une roue. Son équipier Kris Meeke n'était pas épargné. Après avoir tapé une pierre dans la première spéciale, le Britannique tapait un trottoir et endommageait la suspension arrière droite de sa voiture. Quinzième, il était déjà relégué à près de quatre minutes des leaders.

Samedi, le rallye prend la direction du nord de la Corse pour la plus longue étape du week-end. Les concurrents y parcourront plus de la moitié de la distance chronométrée de l'épreuve. Les deux boucles de trois spéciales autour de Bastia totaliseront 174,5 kilomètres d'action.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Corsica Linea - Tour de Corse avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News