Mexique, samedi :
Meeke se rapproche du succès

Samedi, Kris Meeke a consolidé son avance sur Sébastien Ogier en tête du Rally Guanajuato Mexico pour disposer d'une marge de 30"9 avant les deux spéciales de l'ultime étape.

S'il ne remportait qu'une seule des neuf spéciales principalement disputées dans les massifs de León, le scratch du Britannique (ci-dessus) s'avérait pourtant décisif. Pendant que Meeke menait avec perfection son attaque, Ogier partait en tête-à-queue. Déjà à plus de vingt secondes, le Français voyait son retard quasiement doubler.

Le duo se répondait coup sur coup sur les quatre premières spéciales avant que la Citroën C3 de Meeke ne s'éloigne. Le matin, Ogier promettait ne pas vouloir tout risquer, mais le Français sifflait lui-même la fin du duel après sa pirouette dans une épingle.

« C’est un week-end parfait jusqu’ici », déclarait Meeke, qui prenait le pari de chausser des pneus durs de Michelin malgré les menaces de pluie. « Cette boucle allait être décisive. Je devais m’y tenir, et cela a été le cas. »

Ogier (Ford Fiesta) remportait deux spéciales et terminait la journée avec 39"6 d'avance sur Thierry Neuville, auteur d'un scratch. Après les ratés moteurs causés par un filtre à carburant obstrué sur les Hyundai i20 Coupé du Belge et de ses équipiers Hayden Paddon et Dani Sordo, le trio n'était plus inquiété aujourd'hui.

La pluie prévue ne tombant finalement jamais, Neuville regrettait néanmoins d'avoir choisi les pneus tendres l'après-midi. Sa belle prestation et sa troisième place en solitaire le laissaient toutefois en position de marquer des gros points.

Ogier tient la deuxième place avant la dernière étape.

Ott Tänak plaçait sa Fiesta au pied du podium provisoire. Manquant d'abord de confiance dans les réglages de sa voiture, l'Estonien parvenait à rester devant Hayden Paddon. Ce dernier était victime d'une crevaison en touchant une pierre et tentait ensuite de retrouver le rythme en essayant de nouveaux réglages.

Dans l'avant-dernière spéciale, Jari-Matti Latvala délogeait la Toyota Yaris de son équipier Juho Hänninen. Le leader du championnat terminait l'étape au sixième rang malgré des problèmes de freins et une crevaison sur la même pierre que Paddon.

Voir la fin de la journée était une victoire en soi pour Hänninen, malade. Le Finlandais choisissait de perséverer et voyait même son état s'améliorer.

Huitième, Dani Sordo remportait les deux premières spéciales du jour et manquait le triplé sur la première boucle pour moins d'une seconde. La roue tournait pour l'Espagnol, qui voyait même sa pénalité de dix minutes annulée. Hélas, une crevaison sur la liaison routière bouleversait tout et il réalisait l'ES12 le coffre ouvert, signe de la précipitation du duo Hyundai !

Elfyn Evans, vainqueur de deux spéciales sur asphalte en fin de journée, et Pontus Tidemand, leader en WRC 2, complétaient le top dix.

Longtemps sixième, Stéphane Lefebvre devait abandonner, sa C3 étant coincée dans un fossé. De son côté, Lorenzo Bertelli envoyait sa Ford Fiesta en tonneau avant de poursuivre.

Les problèmes de surchauffe semblaient en revanche appartenir définitivement au passé grâce à des températures ambiantes plus douces et des réglages plus tolérants de la part des équipes.

L'ultime étape se composera de deux spéciales. Après un départ en début de matinée, les équipages attaqueront La Calera (32,96 km) avant de jouer les points bonus de la Power Stage de Derramadero (21,94 km).

Rendez-vous sur WRC+ pour découvrir les caméras embarquées et résumés vidéo du Rally Guanajuato Mexico.

Video

More News