Avant la Sardaigne :
retour sur l'édition 2018

Il y a douze mois, Thierry Neuville arrachait la victoire au Rally Italia Sardegna face à son rival Sébastien Ogier avec le troisième plus petit écart à l'arrivée en quarante-cinq ans d'histoire du championnat. Retour sur ce week-end intense.

Vendredi
Au terme d'une première étape disputée dans des conditions inhabituellement humides et marquée par les abandons d'Andreas Mikkelsen (Hyudai i20 WRC), Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) et Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), Sébastien Ogier (Ford Fiesta WRC) comptait 18''9 d'avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC).

Des averses torrentielles avaient joué en faveur des premiers concurrents à s'élancer. Ceux-ci ne se faisaient pas prier pour distancer leurs rivaux et même si Sébastien Ogier ne pointait qu'au cinquième rang après la première boucle, le Français s'emparait des commandes dans l'après-midi.

Derrière, on retrouvait Thierry Neuville en deuxième position malgré des dommages à l'avant et à l'arrirèe après trois petites excursions dans les sous-bois. Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) complétait le podium provisoire à 37''2 du leader, tout en devançant son équipier Esapekka Lappi (Toyota Yaris WRC) et Mads Østberg (Citroën C3 WRC), légèrement devant Hayden Paddon (Hyundai i20 WRC).

Leader le matin, Andreas Mikkelsen était contraint à l'abandon lorsqu'un problème de transmission laissait sa voiture en marche arrière. Ott Tänak était troisième avant qu'une grosse compression endommage le radiateur de sa Toyota Yaris alors que Teemu Suninen partait à la faute dans la même spéciale alors qu'il occupait la quatrième place.

Samedi
Le soleil faisait son grand retour et, dans ces conditions, Sébastien Ogier et Thierry Neuville se battaient à coups de seconde sur les sept spéciales rocailleuses et poussiéreuses. Le Français s'offrait deux scratches contre deux au Belge, mais il gardait la main pour 3''9. 

La température montait dans tous les sens du terme, Sébastien Ogier calant dans une spéciale tandis que son adversaire était victime d'une crevaison. Ce dernier n'avait d'ailleurs embarqué qu'une roue de secours et n'avait plus le droit à l'erreur dans les deux dernières spéciales du jour. 

Il y a douze mois, Sébastien Ogier s'inclinait pour sept dixièmes de seconde seulement

Les pilotes Toyota Gazoo Racing Jari-Matti Latvala et Esapekka Lappi se disputaient la dernière marche du podium avec hargne, le premier bouclant l'étape avec une avance de 5''3 sur son cadet... Jusqu'à son abandon dans le dernier secteur routier en raison d'un problème d'alternateur.

Hayden Paddon dépassait Mads Østberg pour le gain de la quatrième place avec 2''1 d'avance tandis que Craig Breen (Citroën C3 WRC) se hissait au sixième rang.

Dimanche 
Au départ de la Power Stage, Thierry Neuville comptait 8/10e de retard sur Sébastien Ogier. Dans ce duel final organisé dans des paysages de carte postale avec la mer en toile de fond, le Belge dosait son attaque pour souffler sa troisième victoire de la saison avec 7/10e d'avance sur Sébastien Ogier, qu'il distançait à vingt-sept points au championnat par la même occasion. 

Esapekka Lappi gérait pour s'offrir son premier podium de l'année devant Hayden Paddon, en proie à un mal de dos, Mads Østberg et Craig Breen.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Italia Sardegna avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News