Le puzzle logistique des équipes

Lorsque vous êtes sur un autre continent, la décision est prise pour vous. Ramener les World Rally Cars en Europe dans la semaine entre le Xion Rally Argentina et le Copec Rally Chile ne faisait pas sens.

En revanche, la question prend tout son sens entre le Vodafone Rally de Portugal et le Rally Italia Sardegna. Une fois en Europe, la tentation est toujours grande de ramener les voitures à l'atelier pour les réviser entre Matosinhos et Alghero.

Cette fois, les équipes étaient partagées. Le M-Sport Ford World Rally Team et Hyundai Motorsport ont retrouvé leur quartier général tandis que Toyota Gazoo Racing et Citroën Racing ne l'ont pas fait. 

D'un point de vue géographique, personne n'avait plus de chemin à faire que M-Sport et l'homme chargé de mener les Ford Fiesta du Portugal à la Sardaigne via le comté de Cumbria n'était autre que Bob Baker.

Bob a quitté Matosinhos quelques heures après l’arrivée de la septième manche et s’est dirigé vers le nord en direction de Bilbao pour prendre un bateau en direction de la Grande-Bretagne. Ayant traversé l’Angleterre du sud au nord, les voitures étaient de retour à l'atelier mercredi matin.

Travaillant sans répit, M-Sport a remis les Ford Fiesta d'Elfyn Evans et de Teemu Suninen dans le camion de Bob pour reprendre la route dès vendredi après-midi. Le week-end, les voitures ont traversé la France et se sont rendues en Italie pour prendre le ferry reliant Gênes à la Sardaigne. Elles arriveront au parc d'assistance d'Alghero mardi matin.

Si M-Sport est allé au nord, Hyundai et Toyota ont pris la direction de l'est, mais les Hyundai i20 WRC ont un peu plus voyagé que les Toyota Yaris WRC en raison d'une escale de trois jours à la base d’Alzenau avant le huitième rendez-vous du calendrier.

Destination finale pour tous les concurrents : le front de mer d'Alghero

Toyota s'est contenté de passer dans l'atelier espagnol ayant été utilisé lors de l'intense programme d'essais menés en 2016 lorsque la Yaris était en cours de développement avant ses débuts en WRC. Les trois voitures engagées à titre officiel ont été préparées à Vic, rejointes par une quatrième venue d'Estonie et confiée à Juho Hänninen pour le compte de Tommi Mäkinen Racing.

Comme ce fut le cas entre les épreuves sud-américaines, les quatre constructeurs avaient fait construire d'autres World Rally Cars pour prévenir tout remplacement.

Citroën a été contraint de l'utiliser après le tonneau d'Esapekka Lappi lors de la dernière étape au Portugal. La Citroën C3 WRC du Finlandais n’a pas été sérieusement endommagée, mais Pierre Budar, directeur de l’équipe, a expliqué qu’il était plus simple d’envoyer un nouveau châssis depuis les locaux franciliens de Citroën Racing.

« Il nous est plus facile de la réparer à Paris », a-t-il déclaré. « En parallèle, la nouvelle est déjà prête à aller directement en Sardaigne pour Esapekka. »

Citroën est resté dans le parc d'assistance portugais la semaine dernière. L'équipe travaillait sur la voiture de Sébastien Ogier à Matosinhos avant de prendre un bateau direct entre l'Espagne et la Sardaigne.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Italia Sardegna avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News