Latvala décrit les défis de la Sardaigne

Remporter le Rally Italia Sardegna demande un mélange parfait de vitesse et de sensibilité. En plus de rouler le plus vite possible entre les pierres, les équipages les plus rapides au monde doivent composer avec des conditions parmi les plus dures de la saison.

La huitième manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes se déroule sur la magnifique île italienne de Sardaigne, où les difficultés s'intensifient en dépit des magnifiques plages et d'une atmosphère de vacances dans la ville d'Alghero.

« La Sardaigne est difficile », dit Jari-Matti Latvala. « Aucune manche du WRC n'est jamais simple, mais celle-ci est très dure. »

Le Finlandais sait ce qu'il faut faire pour gagner ici, car il y est parvenu en 2009.

« Les routes ont une surface très dure et elles sont généralement plus étroites que les spéciales que l’on a eu au Portugal il y a deux semaines », ajoute le pilote Toyota Gazoo Racing. « J’aime ce rallye, mais il faut y être très concentré, tout le temps. Le second passage dans les spéciales peut apporter quelques surprises. On a parfois quelques portions assez sableuses qui peuvent faire ressortir de grosses pierres sur la route et les bas-côtés. Il faut donc être très prudent. »

Et puis, il y a la chaleur...

Latvala a une solution étonnante pour résister à la chaleur sarde.

« Le Rallye de Sardaigne est un des plus chauds de la saison », poursuit-il. « On voit parfois des températures supérieures à 30°C en Finlande, où nous avons connu un été très chaud, mais la différence est que les routes sont assez sinueuses en Sardaigne. Autant chez nous, quand il fait chaud dehors, cela va encore dans la voiture car les vitesses apportent de l’air dans l’habitacle… Autant en Sardaigne, c'est sinueux et l'air ne rentre pas tant que cela. Et il y a beaucoup plus de poussière ! Ce n’est pas trop un problème comme nous sommes tous des pilotes affutés travaillant leur forme physique, mais j'ai remarqué au Portugal que mes yeux fatiguaient avec la poussière et la chaleur. »

Latvala a une petite aide bienvenue dans son attirail pour composer avec la chaleur.

« C’est un outil qu'OMP, notre équipementier pour les combinaisons, a présenté il y a quelques temps, un spray mentholé à projeter sur nos sous-vêtements ignifugés », explique-t-il. « Cela peut sembler étrange, mais quand il commence à faire très chaud et que l’on se met à transpirer, le menthol s’active et nous offre une certaine fraicheur. C’est vraiment bien ! »

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Italia Sardegna avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

More News