ES11/12 : Tänak prend la tête en Italie

Auteur d'un triple scratch en autant de spéciales, Ott Tänak s'est porté en tête du Rally Italia Sardegna samedi matin.

ES11 & ES12

ES11 - Monti di Ala’ 1 (28,21 km)
Monti di Ala' est courue dans un format similaire à celui de l'an dernier, mais avec une nouvelle section finale. Elle parcoure en majeure partie un parc éolien, où les routes serpentent sur une colline via des virages essentiellement rapides et quelques épingles après la mi-parcours. La surface est un mélange de terre sableuse et de pierres. C'est une des spéciales les plus rapides du rallye.

ES12 - Monte Lerno 1 (28,03 km)
Monte Lerno repose avant tout sur le fameux Micky's Jump (3,8 km), l'un des endroits emblématiques du WRC, où les voitures s'envolent alors que la route se dérobe littéralement sous elles. Auparavant, les pilotes négocient un virage piégeux au bord d'un lac, dans lequel Lorenzo Bertelli a fait un tonneau en 2016. Le gué de Filigosu a été réintroduit avant l'arrivée. Les routes sont essentiellement larges, même si les derniers kilomètres incluent des portions étroites, bosselées et cassantes. Une petite liaison de 1800 mètres sépare cette spéciale clés du rallye de la précédente.

Ayant entamé la plus longue et dure du rallye avec 11''2 de retard sur Dani Sordo (Hyundai i20 WRC), Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) a inversé la tendance pour boucler la matinée avec 6''4 d'avance sur l'Espagnol.

Après avoir signé le meilleur temps dans le premier secteur chronométré, l'Estonien a devancé l'Espagnol de 2''1 dans Monti di Ala' tout en gardant le meilleur pour la fin en lui mettant neuf secondes dans Monte Lerno... Alors qu'il avait calé dans une épingle !

« C’était clairement le bon choix », a-t-il déclaré au sujet de son mélange de Michelin mediums et durs. « Nous avons dû attaquer fort, mais je savais que ces pneus nous seraient bénéfiques lors du premier passage dans les spéciales. »

Malgré les apparences, Dani Sordo pouvait difficilement faire mieux. Parti en pneus durs, il a signé le deuxième meilleur temps dans les trois spéciales, sans pouvoir arrêter la marche en avant d'Ott Tänak.

« Nous avons perdu beaucoup de temps en patinant », a-t-il assuré. « C’était très difficile. Je n'ai pas très bien piloté, car je ne pouvais pas contrôler la voiture. Ce sera difficile avec Ott, mais je vais continuer de me battre. »

Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) s'est retrouvé à 21''7 de la tête en retrouvant le parc d'assistance d'Alghero. Le Finlandais a néanmoins signé trois fois le troisième temps, sûr de son approche stratégique.

« J’ai été un peu prudent en pneus durs dans les endroits glissants », s’est-il justifié. « Nous avons essayé de gérer cette boucle avec seulement quatre pneus afin d’en avoir plus pour la suite du rallye. »

Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) et Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) ont continué leur lutte féroce pour la quatrième place en échangeant leurs positions après chaque spéciale. Le Gallois possède actuellement un avantage de 2''6 après que le Norvégien a viré large et heurté un poteau à l'arrivée de Monte Lerno.

Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) a été l'un des concurrents regrettant d'avoir choisi les pneus durs. Huitième, le Finlandais précède les Skoda Fabia R5 de Kalle Rovanperä et Pierre-Louis Loubet, respectivement leaders en WRC 2 Pro et WRC 2.

La matinée a causé une nouvelle déception pour Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC). De retour après avoir tapé une pierre hier, le Français en a heurté une autre et cassé un bras de suspension arrière. Après des réparations de fortune sur le bord de la route, il a rejoint l'arrivée de Monte Lerno au ralenti.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Italia Sardegna avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News