Le debriefing de l'Italie

Nous avons tous besoin d'un peu de repos après un Rally Italia Sardegna plapitant du départ à l'arrivée. La pause estivale de sept semaines tombe donc au bon moment, mais nous allons d'abord revenir sur les aspects clés de ce week-end trépidant au soleil.

La performance du rallye
Nous sommes partagés entre Ott Tänak et Teemu Suninen.

Tout d'abord, Ott Tänak a réalisé une prestation fantastique tout au long du week-end, et encore plus le vendredi. Deuxième à s'élancer dans les spéciales, l'Estonien a réalisé des prouesses sur les pistes sableuses et glissantes de la première étape qu'il a terminé au troisième rang, à seulement 11''2 du leader.

Passé rapidement en tête samedi matin, le pilote Toyota remportait les six spéciales au programme de la deuxième journée avant de gérer son rythme jusqu'à la Wolf Power Stage... Et vous connaissez déjà la suite et la fin cruelle qui l'attendait. 

En parallèle, Teemu Suninen profitait pour la première fois de l'expérience et du savoir-faire de Jarmo Lehtinen à sa droite. Le Finlandais en est ressorti transfiguré. Leader vendredi matin, il a su maintenir ses efforts pour prendre la deuxième place et le meilleur résultat de sa carrière à l'arrivée.

À oublier
Sébastien Ogier doit espérer avoir épuisé son quota de malchance. Après avoir tapé vendredi matin une pierre dans Monte Baranta qu'il avait vu à trois reprises au shakedown la veille, le Français confessait son erreur cassant la suspension de sa Citroën C3 WRC. 

Ses chances d'obtenir un bon résultat s'étant envolées, Sébastien Ogier a commis peu ou prou la même faute dans Monti di Ala’ le lendemain matin... Et bien avant cela, il avait percuté un pilier de portail jeudi matin au shakedown, brisant déjà une suspension ! 

Sa persévérance lui a toutefois permis de prendre quatre points bonus dans la Wolf Power Stage dimanche.

Vous n'y croirez pas
La tête sur le volant de sa Toyota Yaris WRC, Ott Tänak réfléchissait à sa troisième victoire d'affilée et la belle avance au championnat qui venaient de s'envoler. Difficile de ne pas compatir. 

Dani Sordo n'y croyait pas. L'équipe Toyota Gazoo Racing au parc d'assistance d'Alghero non plus. Tout le monde était abassourdi par ce qu'il venait de se produire.

Une victoire presque parfaite, à une direction près à quelques kilomètres de l'arrivée. Incroyable, dévastateur, spectaculaire... Les mots ne manquent plus avec le recul !

La surprise du rallye
Incontestablement Dani Sordo. Il serait difficile de trouver un vainqueur plus populaire que l'Espagnol, apprécié de tous, mais sur qui peu auraient misé au départ vendredi matin. Leader au terme de la première étape, il a ensuite su garder le rythme pour rester une menace jusqu'au bout avant de s'imposer.

VIDEO

More News