ES18 : le suspense est à son comble !

Dimanche matin, la tension est encore montée d'un cran. Sébastien Ogier ne compte plus que 1''3 d'avance sur Thierry Neuville à deux spéciales de l'arrivée du Rally Italia Sardegna.

ES17 & ES18

ES17 : Cala Flumini 1 (14,06 km)
Deux fois théâtre de la Power Stage, Cala Flumini ouvre une nouvelle fois les débats dominicaux. Après un départ sur des routes stabilisées et longées par des pierres, on y retrouve une portion d'asphalte menant vers la mer à mi-parcours. Le parcours devient alors plus rapide avant une section finale étroite marquée par un saut au-dessus d'un pont.

ES18 : Sassari - Argentiera 1 (6,96 km)
Apparue en 2016, cette spéciale spectaculaire offre un départ rapide et bosselé avant de redescendre tout près des plages pour le dernier kilomètres. Dans ces paysages de cartes postales, le terrain est sablonneux, poussiéreux et piégeux avec ses épingles serrées et ses pierres cachées.

Au départ de la dernière journée, Sébastien Ogier (Ford Fiesta) possédait 3''9 d'avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20), qui poursuivait son offensive. Le Belge signait ainsi le meilleur temps sur Cala Flumini et Sassari - Argentiera pour revenir toujours plus près du Français.

Il reprenait ainsi 8/10e de seconde dans la première spéciale et 1''8 dans la deuxième pour mettre le quintuple Champion du Monde en titre sous pression à deux spéciales de l'arrivée.

« J’essaie juste de rester sur la route en attaquant le plus possible sans faire d’erreur stupide », confiait Thierry Neuville. « Je ne sais pas si cela suffira. À ce niveau, tout le monde attaque fort et c'est le concurrent le plus redoutable. J’ai tout donné, le match continue ! »

« C’est serré ! », abondait son concurrent. « Nous devrons attaquer jusqu’à l’arrivée. Il est peut-être possible d'être un peu plus agressif, mais ça devient alors très risqué. »

Esapekka Lappi (Toyota Yaris) conservait la troisième place. Derrière, Hayden Paddon (Hyundai i20) portait son avance sur Mads Østberg (Citroën C3) à 11''2 en le devançant dans les deux spéciales.

« Je gère l’écart maintenant », affirmait le Néo-Zélandais. « Je dois piloter avec la tête. Nous aimerions aller plus vite, mais les points sont plus importants. »

« C’est difficile d’attaquer à mi-parcours », se résignait le Norvégien. « Il faut y mettre beaucoup d’engagement. Je dois rallier l’arrivée et je ne suis pas certain de vouloir en prendre le risque. »

Après son abandon hier soir, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) était de retour aujourd'hui. Le Finlandais remontait rapidement au septième rang en prenant le dessus sur Jan Kopecký (Skoda Fabia R5), toujours leader en WRC 2.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Italia Sardegna avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News