Les bruits du parc...

Le croisement entre Julius Kuperjanovi et Vallikraav ne sera plus jamais le même. Au moins pour un temps, Markko Märtin y ayant laissé sa marque avec une Ford Fiesta WRC.

Markko Märtin connaît parfaitement cet endroit, comme toutes les rues de Tartu. S'il n'y a qu'une seule personne autorisée à laisser des traces de pneus lors d'un donut, c'est bien lui, le premier héros estonien en rallye. Et le week-end dernier, ses fans ont accueilli une grande partie du petit monde de la WRC à bras ouverts.

Le Shell Helix Rally Estonia est un événement promotionnel officiel du WRC, d'où la présence des quatre grandes équipes officielles afin de préparer un autre rendez-vous, prévu dans quinze jours de l'autre côté de la mer Baltique : le Neste Rally Finland.

Urmo Aava, le directeur du Rallye d'Estonie, sait exactement ce qu'il faut pour faire décoller une voiture de rallye. Il a disputé à huit reprises l'épreuve autour de Jyväskylä et a même mené sa Mitsubishi Lancer au septième rang en 2007.

Voilà pourquoi il a choisi de faire de l’Estonie le lieu de prédilection pour s'entraîner avant la Finlande. Le seul hic avec les routes rapides autour d'Otepää, situées à quelques heures au sud de Tallinn, était le manque de sauts.

« Nous avions des jumps, mais pas assez », répète-t-il souvent. « Nous en avons donc fait d’autres ! »

Il ne suffisait pas seulement de poser des rampes sur la route, donc Urmo Aava et son équipe ont examiné le profil et la topographie de la Finlande pour la recréer en Estonie. Le résultat est spectaculaire, à la fois en temps de vol et en beauté.

Ott Tänak s'est imposé le week-end dernier, comme il l'avait fait l'an passé, mais le pilote Toyota Gazoo Racing a vraiment pu ressentir tout le soutien de son public.

Markko Märtin s'est fait convaincre par Ott Tänak.

En essayant de se faire entendre des milliers de personnes scandant son nom, Ott Tänak a souri en lâchant : « Je crois que nous venons de montrer que nous sommes un pays qui vibre pour le rallye. »

Personne n'en doutait. Pas depuis la première victoire de Markko Märtin en WRC au Rallye de Grèce 2003. Encore moins lorsqu'il menait sa Ford Focus RS sur la plus haute marche du podium en Finlande quelques mois plus tard.

Cela a marqué le début d’un pèlerinage annuel pour des milliers d’Estoniens dont l'année est désormais organisée autour d'un voyage en bateau entre Tallinn et Helsinki.

Et ils étaient tous présents ce week-end. Les spéciales étaient bondées, chaque supporter espérant aperçevoir ses héros Ott Tänak et Markko Märtin. Le plus jeune a d'ailleurs convaincu le pionnier de reprendre le volant. Malgré son scepticisme initial, celui-ci ne regrettait pas les conseils du leader actuel du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

« C’était très dur parfois », a-t-il déclaré. « Je voulais essayer cette génération de WRC et la compétition me semblait être un pas de trop. Ce n’était pas prévu, mais il semble que ma présence était importante pour l’Estonie et j’ai adoré y être. »

Une appréciation mutuelle, les Estonien n'ayant pas cessé de chanter et de danser sous la pluie lorsque le ciel s'est assombri pour le podium.

Le tout en continuant d'encourager sans cesse Ott Tänak. Tout au long du week-end, celui-ci a parlé d'essais pour la Finlande. Il a pris le rôle d'ouvreur pour reproduire les conditions qu'il rencontrera au prochain rendez-vous et a découvert de nouvelles choses pour améliorer les performances et les sauts de sa voiture. Mais, par dessus tout, il a donné à ses compatriotes des raisons de s'exclamer. Fort. Très fort. 

« Je pouvais les entendre », souriait-il. « Je le pouvais même dans la voiture ! » Comme nous tous, Ott…

More News