ES4/5 - Thierry Neuville aux commandes

Au terme d'un vendredi matin tronqué, mais piégeux, Thierry Neuville possède une légère avance sur le Champion du Monde en titre Sébastien Ogier.

ES4 & ES5

ES4 - Roussieux-Laborel 1 (24,05 km)
Cinq nouveaux kilomètres d'ascension vers le hameau de Roussieux mènent au parcours de l'édition 2018. La spéciale est rythmée par le col du Reychasset (1052 mètres) et le col de Pierre-Vesce (1056 mètres) avant l'arrivée dans le village de Laborel. Si les conditions sont mauvaises, les pièges seront très nombreux...

ES5 - Curbans-Piegut 1 (18,47 km)
Tracée entre Piégut et Urtis et présente au programme du Monte-Carlo en 2000 et en 2004, cette spéciale adopte un nouveau format inédit. On y retrouve de nombreuses épingles en montée et en descente, mais aussi des sections sinueuses et d'autres plus rapides. De gros écarts pourraient être créés sur ces routes étroites.

Troisième au départ de l'étape, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) s'emparait de la tête du Rallye Monte-Carlo avec 3''4 d'avance sur Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC).

Si la première spéciale entre Valdrome et Sigottier était annulée en raison de spectateurs mal placés près de l'arrivée, la suite de la matinée était fidèle à la réputation de l'épreuve avec des conditions variées dans les Alpes, causant de sérieux dilemmes pour les concurrents.

Le petit manteau de givre présent sur les routes de la première spéciale du jour avait poussé de nombreux concurrents à choisir les pneumatiques hiver cloutés de Michelin. Cependant, ils étaient privés de tout avantage avec l'annulation de l'ES3. Pire, ils devaient ensuite composer avec ces gommes sur les deux tests suivants, plus secs.

Jouant la prudence, Thierry Neuville s'en sortait bien en signant le deuxième temps des deux spéciales avant de retrouver avec soulagement le parc d'assistance de Gap : « Nous y sommes arrivés. Au départ, l’un de mes pneus à l’arrière était très usé, il n'avait plus de gomme et il ne doit plus rien en rester. »

De son côté, Sébastien Ogier se tournait davantage vers les pneus cloutés. Malgré sa déception liée à l'annulation de la première spéciale du jour, le Français s'offrait le meilleur temps dans l'ES5 entre Curbans et Piegut.

Leader la veille au soir, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) glissait au troisième rang à 16''9 de Thierry Neuville en ayant opté pour la même stratégie que Sébastien Ogier.

Le trio de tête conservait néanmoins une bonne partie de son avance acquise dans la nuit de jeudi. À plus de trente secondes de l'Estonien, on retrouvait Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC). Dans l'ES4, le Français s'était offert son premier scratch avec sa nouvelle équipe avant de connaître plus de difficultés liées à sa mauvaise position dans l'ordre de départ et une route davantage polluée par la boue et la terre laissées sur l'asphalte par ses adversaires.

Cinquième, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) menait un quinté de pilotes se tenant en 10''9. Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) passait ainsi de la neuvième à la sixième place en adoptant un style de pilotage plus détendu en fin de boucle.

En parallèle, son compatriote Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) se montrait prudent, mais le Finlandais parvenait à rester devant Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) et Kris Meeke (Toyota Yaris WRC). Ce dernier ralliait l'arrivée de la dernière spéciale avec une grille de radiateur remplie de feuilles, le privant ainsi de turbo sur les cinq derniers kilomètres.

Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) complétait le top dix au terme de la première boucle du vendredi.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rallye Monte-Carlo avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News