Monte-Carlo, jeudi :
Ogier surmonte une petite frayeur

Malgré un tête-à-queue dans la première spéciale, le champion du monde en titre Sébastien Ogier a pris la tête du Rallye Monte-Carlo avec une avance s’établissant à 17’’3 jeudi soir. Beaucoup de ses rivaux n’ont pas eu autant de chance dans un classement chamboulé par la neige et les plaques de verglas.

Né tout près de Gap, Sébastien Ogier (Ford Fiesta) utilisait sa connaissance du terrain sur un terrain parsemé de plaques de verglas difficilement visibles dans l’obscurité. Malgré un 180° sur Thoard - Sisteron (36,69 km), le Français se montrait le plus rapide des deux premières spéciales. De quoi le réjouir dans sa quête d’un sixième succès au Rallye Monte-Carlo. 

« Dans l'ES1, nous savions que ce serait difficile de passer sur la portion glacée en slicks », confiait le pilote M-Sport Ford World Rally Team. « Avant le tête-à-queue, je restais en plein milieu à 10 km/h. Heureusement, j’ai réussi à rester sur la route. Les informations de nos ouvreurs étaient bonnes. Nous avons encore quelques petites choses à améliorer, mais ce n’est pas un mauvais départ ! »

Dans la pénombre, Andreas Mikkelsen (Hyundai i20) émergeait en deuxième position. Si le Norvégien parvenait à conserver sa voiture dans le sens de la marche sur les deux spéciales, il déplorait le fait de ne pouvoir voir jusqu'à quel point il pouvait attaquer sans avoir à le regretter plus tard.

Auteur d’un bon départ pour son premier rallye de la saison, son équipier Dani Sordo (Hyundai i20) le suivait à 8’’3 tout en devançant Esapekka Lappi (Toyota Yaris) de 11’’8.

« Nous avons une mission », souriait le Finlandais, auteur de la meilleure performance du Toyota Gazoo Racing jeudi soir. « Ce soir, l’objectif était de ne pas commettre d’erreur. Le rythme n’était pas idéal, mais ce n’est pas si facile de piloter sur ces spéciales. Je dois prendre confiance petit à petit. »

Malgré leur entame difficile, ses équipiers Ott Tänak (Toyota Yaris) et Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) suivaient. L’Estonien lâchait 37’’3 dans l’ES1 en partant à la faute et en touchant une congère. En parallèle, le Finlandais perdait encore plus de temps en sortant de la route à deux reprises sur la même spéciale.

« C’était très difficile », jugeait Jari-Matti Latvala. « La route était verglacée, j’ai donc choisi la neige pour essayer d’avoir plus d’adhérence. Hélas, c’était pire et nous sommes partis deux fois en tête-à-queue. Le Rallye Monte-Carlo est ainsi. »

Lui aussi piégé d’entrée dans un bas-côté, Craig Breen (Citroën C3) était septième, 48’’7 devant Bryan Bouffier (Ford Fiesta), vainqueur de l’épreuve en 2014.

Kris Meeke (Citroën C3), Elfyn Evans (Ford Fiesta) et Thierry Neuville (Hyundai i20) connaissaient tous les trois une première nuit désastreuse dans les Alpes. Kris Meeke et Thierry Neuville goûtaient au fossé dans l'ES1 tandis qu'Elfyn Evans devait s'arrêter pour changer un pneu douze kilomètres seulement après le départ de la spéciale. Kris Meeke terminait la journée à 2'12''7 de Sébastien Ogier tandis qu'Elfyn Evans et Thierry Neuville pointaient déjà à plus de quatre minutes de la tête.

Le Rallye Monte-Carlo reprendra vendredi pour une étape composée de six spéciales en montagne cumulant 144,88 km chronométrés.

Video

More News