ES11/12 : Ott Tänak à l'attaque

Samedi après-midi, Ott Tänak n'a laissé aucun répit à Sébastien Ogier. Lors de la répétition de la boucle matinale, l'Estonien a haussé le rythme pour revenir à moins de quarante secondes du leader avec cinq spéciales encore au programme.

ES11-12 : les infos

ES11 : Agnières-en-Dévoluy – Corps 2 (29,16 km)
Inscrite au coeur du massif du Dévoluy, cette spéciale est principalement en dévers sur des routes étroites loin d’être évidentes à négocier. La principale différence depuis l’an dernier commence à mi-parcours. L’itinéraire prend alors la direction de Corps en passant par Pellafol. Néanmoins, les concurrents pourront toujours apprécier la vue magnifique sur le Lac Sautet et son barrage.

ES12 : St-Léger-les-Mélèzes – La-Bâtie-Neuve 2 (16,87 km)
Le départ a été déplacé afin que les équipages puissent traverser Saint-Léger-les-Mélèzes avec un 360° sur un rond-point à l’entrée du village. La route progresse jusqu’au Col de la Moissière (1574 mètres) avant plusieurs épingles à la sortie de la station de ski d’Ancelle. Le parcours redescend ensuite sur une route étroite, bosselée et sinueuse au coeur de la forêt de Sapet. La section finale est large, avec quelques passages ouverts amenant sur d’autres épingles avant l’arrivée.

Le soleil ayant fait fondre une grande partie de la neige, les conditions s'avéraient un peu plus clémentes qu'en matinée malgré la présence d'un brouillard persistant.

Sébastien Ogier (Ford Fiesta) attaquait Agnières-en-Dévoluy – Corps avec plus d'une minute d'avance sur Ott Tänak (Toyota Yaris). Sur l'ES11, le Français optait donc pour la prudence afin de minimiser les risques et préserver sa position de leader.

Son rival se montrait toutefois bien plus offensif. Le pilote Toyota Gazoo Racing s'emparait du meilleur temps avec plus de quinze secondes d'avance malgré une glissade dans un champ. S'il n'était pas le seul à se faire piéger, l'Estonien poursuivait son offensive sur Saint-Léger-les-Mélèzes – La Bâtie-Neuve, dont il se classait deuxième.

« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé sur l’ES11 », lâchait l’Estonien, revenu à 39’’5 du champion du monde en titre. « J’étais juste content de sortir du champ sans problème. Nous n’avons pas trop attaqué sur la spéciale suivante, les pièges étaient encore nombreux. »

Troisième du classement général, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) intégrait le top cinq sur les deux spéciales. Avant la dernière du jour, le Finlandais accusait plus d'une minute de retard sur son équipier. La belle performance d'ensemble du constructeur japonais était néanmoins ternie par l'erreur d'Esapekka Lappi (Toyota Yaris), victime d'une crevaison lui coûtant plus de deux minutes sur l'ES11.

Kris Meeke (Citroën C3) en profitait pour lui ravir la quatrième position, à plus de trois minutes du podium provisoire. Dans l'ES12, Esapekka Lappi n'abdiquait pas et se montrait 13''5 plus rapide que le Britannique, qui touchait une congère.

Elfyn Evans (Ford Fiesta) prenait l'avantage sur son équipier Bryan Bouffier (Ford Fiesta), sorti large sur un croisement de l'ES11. Malgré un problème de radio l'empêchant d'entendre les notes sur la spéciale suivante, le Gallois parvenait à conserver la sixième place provisoire.

Vainqueur de l'ES12, Thierry Neuville (Hyundai i20) était toujours huitième devant Craig Breen (Citroën C3), handicapé par son rôle de « chasse-neige » en matinée, et Jan Kopecky (Skoda Fabia R5), bien esseulé en tête du WRC 2.

Rendez-vous sur WRC+ et WRC All Live pour suivre le Rallye Monte-Carlo en direct et en intégralité.

 

More News