Monte-Carlo, samedi :
Sébastien Ogier résiste à Ott Tänak

Sébastien Ogier n'est plus qu'à quatre spéciales d'un nouveau succès au Rallye Monte-Carlo. Le Français devra toutefois conserver son sang-froid dimanche, Ott Tänak ne lui ayant pas laissé le temps de souffler pour ses débuts avec Toyota.

Sébastien Ogier (Ford Fiesta) et Ott Tänak (Toyota Yaris) débutaient la troisième étape du Rallye Monte-Carlo séparés par moins de quinze secondes. Si le Français achevait la journée avec un écart plus que doublé, la situation reflétait pâlement toute l'intensité du duel au sommet, le champion du monde en titre ayant un temps compté plus d'une minute d'avance !

Dans la première spéciale du jour (ES9, Agnières-en-Dévoluy – Corps), le pilote M-Sport Ford réalisait une véritable performance sur les routes enneigées. Capitalisant sur sa position dans l'ordre des départs, il reléguait Ott Tänak à 1'18''4.

C'était sans compter sur la réaction de l'Estonien, auteur des meilleurs temps sur l'ES10 (Saint-Léger-les-Mélèzes – La Bâtie-Neuve) et l'ES11 (le deuxième passage sur Agnières-en-Dévoluy – Corps). Malgré une excursion dans un champ dans cette dernière, Ott Tänak était revenu à 33''5 en fin de la journée.

« Perdre six secondes sur Ott dans l’ES13 correspond à notre plan », confiait le leader lors de son retour au parc d’assistance. « Je voulais avoir au moins trente secondes d'avance ce soir, alors c'est bien. C'était très, très sale, mon choix de pneus n'était peut-être pas parfait, c'était un peu limite, mais ça va. »

À l'issue de sa belle prestation sur l'ES9, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) avait brièvement flirté avec la deuxième place. Revenu à moins de vingt secondes de son équipier au sein du Toyota Gazoo Racing WRT, le Finlandais rentrait ensuite dans le rang. Avec la sortie de Dani Sordo (Hyundai i20) dès la première spéciale de la journée, il pouvait toutefois jouir d'une troisième place quasiment assurée. 

Sa remontée lui avait également permis de prendre le dessus sur son autre équipier, Esapekka Lappi (Toyota Yaris). Après une erreur provoquant une crevaison dans l'ES11, le Finlandais était même devancé par Kris Meeke (Citroën C3) avant de récupérer son bien dans l'ultime spéciale du jour (ES13, Bayons – Bréziers). Grâce à sa détermination, Esapekka Lappi attaquera la dernière étape avec un léger avantage : 1''6.

Après ses problèmes rencontrés jeudi soir, Elfyn Evans (Ford Fiesta) occupait le sixième rang au retour à Gap. Le Gallois devançait Thierry Neuville (Hyundai i20), lui aussi en mission comme le soulignaient ses deux meilleurs temps sur l'ES12 et l'ES13.

Bryan Bouffier (Ford Fiesta) rétrogradait en huitième position devant Craig Breen (Citroën C3), l'ouvreur ayant dû "déneiger" la route dans l'ES9. Le leader du WRC 2, Jan Kopecky (Skoda Fabia R5) complétait le top dix.

Dimanche, les concurrents s'affronteront lors de deux boucles identiques de deux spéciales sans assistance dans les collines des Alpes-Maritimes. Au cours des 63,72 km chronométrés, les équipages défieront le légendaire Col de Turini sur La Bollène-Vésubie – Peïra-Cava, tandis que le second passage sur La Cabanette – Col de Braus fera office de Power Stage.

Rendez-vous sur WRC+ All Live pour suivre le Rallye Monte-Carlo en direct et en intégralité.

VIDEO

More News