Monte-Carlo, jour 3 :
Les temps forts

Retrouvez les infos des spéciales de la troisième et dernière journée de compétition du Rallye Monte-Carlo. Deux boucles de deux spéciales sont à effectuer, la première en début d’après-midi, la deuxième dans la soirée.

Sebastien Ogier

ES15 : Carton plein de Volkswagen dans la Power Stage

Jari-Matti Latvala a fait le meilleur temps de la Power Stage, dernière spéciale du Monte-Carlo disputée de nuit. Il prend les trois points devant son coéquipier, Sébastien Ogier. Ce dernier remporte le rallye haut la main. Après un départ difficile sur la neige, il a su rattraper son retard au fur et à mesure de l’épreuve.

Dans cette Power Stage, il a réussi à prendre les 2 points de bonus de la deuxième place pour porter à 27 le total de points inscrits ce week-end. « C’était un week-end difficile, a dit Ogier. Je suis heureux d’en finir. Dans cette spéciale, je n’avais pas l’état d’esprit de prendre de gros risques pour aller chercher les trois points. »

Kris Meeke, déjà troisième de l’épreuve, a marqué le point de la troisième place dans la Power Stage. Il lance parfaitement sa saison avec Citroën, même s’il n’aura jamais pu rivaliser pour la deuxième place avec Bryan Bouffier, pilote privé sur Ford Fiesta RS WRC.

Le seul pilote qui a connu des malheurs dans cette spéciale est Mikko Hirvonen. Le Finlandais a vu sa Ford Fiesta RS WRC continuer à perdre de la puissance au niveau de la batterie, ce qui lui a fait prendre le départ de la spéciale en retard. Et ses efforts ont été réalisés en vain puisqu’il a dû s’arrêter dans le secteur chronométré. Ceci a permis à Elfyn Evans de reprendre la sixième place.

Alors que ce rallye s’est montré imprévisible en WRC2, Yurii Protasov a fini par s’imposer, avec une très large avance. Lorenzo Bertelli a terminé deuxième, sept minutes derrière l’Ukrainien. Robert Barrable s’est classé troisième.

ES14 : Melicharek annule le combat du Turini

Si un seul pilote avait l’intention d’attaquer dans le passage nocturne de La Bollène Vésubie – Le Moulinet, il a vu son envie contrariée par le run du premier pilote sur la route. Jaroslav Melicharek a perdu le contrôle de sa voiture dans la neige et a bloqué la route menant vers le Col de Turini.

Pas une seule voiture roulant derrière lui n’a pu passer, ce qui a causé un embouteillage inédit dans cette spéciale de légende. Les organisateurs de l’épreuve n’ont pas eu d’autre choix que de neutraliser la spéciale et d’accorder des temps forfaitaires aux différents équipages, en essayant d’être les plus justes pour chacun.

Mikko Hirvonen était inquiet avant de prendre le départ de la spéciale de Sospel, après avoir découvert une possible défaillance au niveau de l’alternateur de sa Ford Focus WRC. « Ce n’est plus qu’une question de survie pour nous », a-t-il dit, soucieux.

ES13 : Hirvonen chipe la sixième place à Evans

Mikko Hirvonen semble mieux se situer au fur et à mesure de l’avancée du Rallye Monte-Carlo, ayant signé le cinquième temps de cette spéciale. Grâce à cette performance, le Finlandais a dépassé son coéquipier, Elfyn Evans, au classement général. Mikko est désormais sixième, loin derrière son ancien partenaire chez Ford, Jari-Matti Latvala.

Evans reconnait qu’il manque encore de confiance pour pouvoir lutter face à ses rivaux d’expérience. « J’ai du mal à trouver de la vitesse, confie-t-il. Ce n’est pas une surprise que Mikko ait réussi à me passer devant. »

Sébastien Ogier a de nouveau été le plus rapide. Il a devancé Kris Meeke de 3.5 secondes. Le pilote Volkswagen a confié qu’il y avait énormément d’eau sur la route mais qu’il observait également la route avant le deuxième passage, qui servira de terrain de jeu à la Power Stage. « Nous avons corrigé un certain nombre de notes juste au cas où on pourrait attaquer pour aller marquer quelques points dans la Power Stage », a-t-il annoncé en plaisantant.

En WRC2 aussi, un pilote a su tirer son épingle du jeu. Lorenzo Bertelli, troisième jusque-là, a repris Robert Barrable. L’Irlandais a été gêné par un pare-brise embué. « Après un kilomètre, je n’arrivais plus à voir les virages et la trajectoire, c’était horrible », a confié Barrable.

ES12 : Ogier, Latvala et Bouffier dans un mouchoir

Leaders du Rallye Monte-Carlo, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia continuent de dominer le Rallye Monte-Carlo. Dans le premier passage de la plus longue spéciale du jour, l’équipage français a de nouveau réalisé le meilleur temps, sur une route détrempée. Toutefois, ils ont devancé Jari-Matti Latvala et Bryan Bouffier de moins d’une seconde.

Le Finlandais, qui a enfin trouvé le bon rythme, conforte ainsi sa cinquième place et repousse le pilote Ford, Elfyn Evans. Ce dernier est désormais menacé par son coéquipier, Mikko Hirvonen, qui lui a repris plus de quinze secondes.

Sébastien Ogier, qui comptait 4.1 secondes d’avance sur Latvala au dernier pointage, a finalement terminé avec trois dixièmes d’avance, signe que le Français a levé le pied quand il a jugé bon de ne plus prendre de risques.

Les pilotes de tête avaient tous choisis des pneus hiver cloutés pour affronter la neige que leurs ouvreurs leur avaient signalé. Finalement, elle était moins présente que ce que certains craignaient. « Ca n’a pas été simple au moment d’arriver dans la neige, a expliqué Bouffier, car c’était surtout de la soupe. On a eu environ 500 mètres de neige compacte. »

De leur côté, les pilotes Citroën n’ont plus rien à craindre ni à espérer, en raison des écarts creusés les jours précédents. Kris Meeke, troisième, a tout de même fait un très bon temps dans cette spéciale La Bollène Vésubie – Moulinet, derrière le trio Ogier – Latvala – Bouffier. Il est confortablement installé à la troisième place du classement général, quand Mads Ostberg est un tranquille quatrième. A l’arrivée de la spéciale, il ne boudait pas son plaisir : « Le passage du Turini était incroyable. J’ai beaucoup aimé ! Quand j’étais gosse, c’est à ce genre de moments que je rêvais ! »

En WRC2, Yurii Protasov a fait le meilleur temps, confortant une avance déjà énorme, loin devant Robert Barrable. Ce dernier s’attendait à être menacé par Lorenzo Bertelli mais l’Italien a perdu de précieuses secondes en sortant de la trajectoire. A noter l’excellent temps de Quentin Gilbert, seul concurrent inscrit en WRC3, mais qui a devancé l’essentiel des pilotes du WRC2, à l’exception de Protasov.