Le WRC en 2018 :
rétrospective (partie 4)

Dans la dernière partie de notre rétrospective de la saison 2018 du Championnat du Monde FIA des Rallyes, nous revenons sur les succès de deux acteurs longtemps absents : Toyota et la Turquie.

Toyota, la route du succès

Peu de gens se souviennent du vendredi 30 janvier 2015 et du mardi 7 juillet... La première date correspond à l'annonce de Toyota, confirmant son retour dès 2017 après dix-sept ans d'absence. Près de six mois plus tard, le constructeur japonais officialisait le quadruple Champion du Monde Tommi Mäkinen à la tête de sa base finlandaise.

Les préparations n'ont pas été de tout repos. Des « sources fiables » faisaient part de problèmes internes et certains observateurs suggéraient que la Toyota Yaris WRC serait la risée du parc d'assistance lors de ses débuts au Rallye Monte-Carlo en janvier 2017.

Ils avaient toutefois tort. Dans les Alpes, Jari-Matti Latvala se classait deuxième avant de remporter une victoire chargée d'émotions trois semaines plus tard en Suède.

Finalement troisième du Championnat Constructeurs, Toyota semblait se diriger vers la même position mi-2018. Après la septième étape du calendrier, l'équipe pointait à soixante-et-un points des leaders, Hyundai Shell Mobis.

Les six derniers rallyes ont redistribué les cartes, les Coréens arrivant à bout de souffle dans la dernière ligne droite. Ott Tänak réalisait un triplé avant que Jari-Matti Latvala ne s'impose sur la dernière manche, offrant ainsi le sacre à Toyota dès la deuxième année de son retour.

Peu de gens contrediront le fait que Toyota a terminé sa campagne avec la voiture la plus rapide du plateau. Avec l'arrivée de Kris Meeke aux côtés d'Ott Tänak et de Jari-Matti Latvala l'an prochain, l'équipe sera la favorite pour doubler la mise en 2019.

Thierry Neuville a abandonné en Turquie, suspension cassée.

Spectaculaire Turquie !

Pour la première fois depuis 2010, la Turquie figurait au calendrier du Championnat du Monde FIA des Rallyes avec un tout nouvel événement basé autour de Marmaris. Malgré cette nouvelle destination, le Rallye de Turquie est resté fidèle à sa réputation avec son lot de rebondissements. 

L'étape de samedi était l'une des plus folles que le WRC ait connu depuis des années. 

Alors que la lutte pour le titre commençait à occuper toutes les pensées, Thierry Neuville a vu sa suspension transpercer son capot. Malgré tous ses efforts, le Belge était alors contraint à l'abandon alors qu'il occupait la tête de l'épreuve.

Quelques minutes plus tard, son rival Sébastien Ogier ralliait l'arrivée de la spéciale suivante avec une fourchette de suspension cassée. Le Français se démenait ensuite pour effectuer des réparations de fortune avant d'abandonner en touchant un arbre et en restant coincé dans les sous-bois.

Citroën connaissait une journée noire avec Craig Breen et Mads Østberg. La voiture de l'Irlandais était détruite dans un incendie tandis que le Norvégien devait renoncer sur un problème de turbo.

Et en parallèle, Esapekka Lappi partait à la faute au volant de sa Toyota !

Une journée à couper le souffle, qui rétrospectivement résume bien toute l'intensité de la saison 2018.

VIDEO

More News