Avant l'Allemagne,
retour sur l'édition 2018

L'an dernier, Ott Tänak avait remporté sa deuxième victoire consécutive sur l'ADAC Rallye Deutschland et sa seconde d'affilée pour se maintenir dans la course au titre. Retour sur cette domination sur asphalte.

Vendredi
Après avoir remporté la courte spéciale du jeudi en lever de rideau, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) avait été dépassé brièvement par Sébastien Ogier (Ford Fiesta WRC) en souffrant avec l'équilibre de sa voiture le vendredi matin. 

L'Estonien remportait ensuite les cinq dernières spéciales sur des routes étroites et peu adhérentes sillonnant les vignes de Moselle, et celles, moins atypiques, de la Sarre pour devancer le Français de 12''3.

Ce dernier précédait lui-même de 15''1 le leader du championnat, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), dont la boîte avait dû être remplacée à l'assistance de mi-journée en raison d'une fuite d'huile.

Le trio avait pris ses distances avec une bataille impliquant Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC), Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) et les équipiers de Tänak, Jari-Matti Latvala et Esapekka Lappi (Toyota Yaris WRC).

Esapekka Lappi avait initialement pris l'avantage avant qu'Elfyn Evans ne dépasse les trois autres pilotes pour la quatrième place avec une seconde d'avance sur Jari-Matti Latvala. Dani Sordo pointait 3''9 plus loin, 1/10e devant Esapekka Lappi.

Samedi
Ott Tänak portait son avance à 43''7 après qu'une erreur de Sébastien Ogier mette fin à leur duel.

Après s'être battu à coups de secondes dans les quatre spéciales tracées dans le camp d'entraînement militaire de Baumholder et sur les routes de campagne de la Sarre, Sébastien Ogier heurtait une pierre lors de la répétition de la spéciale marathon de Panzerplatte.

Thierry Neuville avait décroché une deuxième place inespérée.

Le Champion du Monde en titre s'arrêtait pour remplacer une roue avant endommagée, concédant plus de 1'40''. Ott Tänak se retrouvait alors en position de force pour réitérer sa victoire finlandaise signée un mois plus tôt bien qu'il ne remporta aucune des huit spéciales du jour.

Dani Sordo et Jari-Matti Latvala étaient séparés de 8/10e dans leur lutte féroce pour la deuxième place. L'Espagnol avait remporté trois des spéciales du camp militaire alors que le Finlandais avait eu l'avantage sur les routes de campagne, où il s'offrait deux scratches.

Du côté de Thierry Neuville, on réinstallait le différentiel et la boîte remplacés la veille, mais le Belge ne trouvait pas son rythme et se retrouvait à 8''0 de Jari-Matti Latvala.

Esapekka Lappi était cinquième, 6''3 plus loin, devant Andreas Mikkelsen, en proie à des soucis de tenue de route, et un Sébastien Ogier découragé.

Craig Breen (Citroën C3 WRC) chutait de la sixième à la dixième place après une sortie de route dans la dernière spéciale et Elfyn Evans abandonnait après avoir glissé dans un champ.

Dimanche
Ott Tänak s'imposait avec 39''2 d'avance et empochait quatre points bonus dans la Power Stage pour se rapprocher à trente-six points de Thierry Neuville, toujours leader du championnat.

Le Belge héritait de la deuxième place après que la lutte entre Jari-Matti Latvala et Dani Sordo ne se termine en désastre pour l'un et l'autre. Le premier renonçait sur un problème hydraulique tandis que son rival sortait de la route dans les vignes et était éliminé par une fuite d'eau.

Esapekka Lappi était alors promu sur la troisième marche du podium devant Sébastien Ogier, auteur de deux meilleurs temps, et Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), cinquième devant Andreas Mikkelsen pour ses débuts sur asphalte avec une WRC.

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre l'ADAC Rallye Deutschland avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

GALLERY

More News