Le défi chilien

Kaj Lindström, directeur sportif de Toyota Gazoo Racing, explique les défis d'un nouveau rendez-vous au calendrier du Championnat du Monde FIA des Rallyes. La semaine s'annonce chargée...

Kaj, est-il compliqué de se préparer pour une nouvelle manche ?
Un nouveau rallye au calendrier est toujours difficile, nous l'avons bien vu en allant en Turquie l'an dernier. Cependant, c'était une étape « européenne » alors que le Chili est bien plus loin et couplé à l’Argentine. Cela rend les choses beaucoup plus complexes.

Quand avez-vous entamé les préparatifs du Chili ?
Nous avons commencé dès la publication du calendrier l'an dernier. Nous avons commencé à examiner différents lieux pour déterminer notre approche sur ces rallyes.

Quelles sont les principales difficultés ? 
Essayer de prédire ce dont nous aurions besoin et quand nous en aurons besoin. Bien entendu, la plupart de notre équipement a été expédié en Amérique du Sud dans des conteneurs par voie maritime, mais certaines pièces - et les voitures - sont arrivées via fret aérien pour le Rallye d'Argentine. On doit tenter d'anticiper les éléments qui seront utilisés lors du premier rallye, les quantités nécessaires pour la révision et ce dont nous aurons besoin pour le Chili. S’assurer de tout avoir pour les deux rallyes n'est pas facile, c'est la première fois que nous faisons quelque chose de ce genre et c'est vraiment un nouveau défi.

Parlez-nous de votre semaine entre les deux rallyes…
Comme d'habitude, nous avons démonté la principale structure du parc d'assistance dimanche soir. Elle doit être dans le camion et en route dès le mardi. Nous avons conservé de plus petites tentes faciles à monter afin de réviser les voitures après l’Argentine. L'équipe a travaillé dans la nuit de dimanche à lundi pour préparer les voitures et s'assurer qu'elles soient prêtes à être embarquées dans le transporteur mardi.

Le déplacement des voitures de l'Argentine au Chili implique une toute nouvelle logistique pour les constructeurs basés en Europe.

Donc les voitures sont parties mardi ?
Non, elles sont parties tôt mercredi matin. Elles devraient arriver à Concepción samedi en fin de matinée, ou peut-être dès vendredi après-midi. Nous devrons ensuite assembler notre structure au parc d'assistance pour finir le travail nécessaire sur les voitures.

Vous devez avoir davantage de pièces de rechange qui attendent en Europe ?
En effet, nous avions par exemple deux coques de secours au cas où. Nous avions aussi réservé des créneaux de fret aérien. Le décalage horaire a compliqué la donne, Tallinn (la base de Toyota Gazoo Racing en Estonie, ndlr) ayant six heures d’avance. Si nous avions besoin de quelque chose, c'était assez difficile, car cela tombait au milieu de la nuit pour eux.

Avez-vous apprécié ce défi ?
C'est un beau défi qui nous a tous fait réfléchir. C’est un peu plus facile lorsque l'on fait les mêmes rallyes chaque année, mais cela ne stimule pas vraiment l’équipe et cela ne nous oblige pas à réfléchir aux meilleures solutions. Coupler ces deux rallyes nous a clairement contraint à penser au moindre détail. Est-ce que j'ai apprécié ? Redemandez-le moi après le Chili !

VIDEO

More News