Corsica Linea - Tour de Corse

Aperçu

  • Ce grand classique sur asphalte parcourt l’île de beauté à travers des routes étroites et sinueuses serpentant autour de montagnes escarpées. Plus lisse qu’auparavant, le revêtement de la chaussée reste redoutable en de nombreux endroits. L’endurance y joue un rôle déterminant. Son parcours est sensiblement différent puisque le départ sera donné à Porto-Vecchio, au sud-est, et l’arrivée à Calvi, au nord-ouest.

Les spéciales

  • Vendredi, la première étape aura pour cadre le sud et la région de l’Alta Rocca. Deux boucles de trois spéciales sans assistance précèderont une longue liaison pour rejoindre le nord et Bastia durant la nuit.
  • La journée du samedi comprend plus de la moitié de la distance chronométrée de l’épreuve. On y retrouvera deux spéciales empruntées en 2018 ainsi qu’une excursion dans la péninsule septentrionale du Cap Corse.
  • La dernière étape traverse l’île d’est en ouest pour deux tests dans la région de Balagne, tout près de Calvi.

Quicklinks

Une spéciale mythique

  • Castagniccia. C’est la plus longue spéciale du parcours avec 47,18 km. Les concurrents défieront une série de cols et leur passage devant l’église de Campile est toujours un moment fort du week-end. Placée à la fin d’une boucle de près de 90 kilomètres, la gestion des pneus sera cruciale pour que la gomme tienne jusqu’à l’arrivée.

Défis

  • Les routes montagneuses corses, étroites et sinueuses, proposent généralement une paroi rocheuse d’un côté et un ravi de l’autre. 
  • L’asphalte, abrasif, est très exigeant pour les pneus. 
  • Les routes étroites ne permettent aucune erreur.
  • Les nombreux enchaînements augmentent considérablement l’importance de la préparation et de la précision des notes

Réglages 

  • Suspensions asphalte et réglages bas devraient apporter de la stabilité et de l’équilibre à la voiture. 
  • Plusieurs types de revêtements au sein de la même boucle feront que les réglages seront des compromis.

Un peu d´Histoire

  • Le Tour de Course proposant des suites de virages interminables, l’épreuve a été surnommée “le Rallye aux 10 000 virages”. 
  • L’épreuve a déménagé sur le continent pour se disputer en Alsace à partir de 2010 avant de retrouver la Corse dès 2015.

Quoi de neuf en 2019 ?

  • La majeure partie ! L’itinéraire a été considérablement revu et seules deux spéciales sont conservées par rapport à l’an passé.
  • Il ne reste que 20 % du parcours chronométré de l’édition 2018.
  • Un nouveau départ et une nouvelle arrivée. Jeudi, le rallye partira pour la première fois de Porto-Vecchio avant un final inédit à Calvi dimanche.

À ne pas manquer !

  • Le duel des Sébastien. Les fans adoreront le nouveau face-à-face entre Ogier et Loeb.
  • Jeudi, le départ amènera le WRC dans la petite ville portuaire de Porto-Vecchio. Tout le monde y trouvera son plaisir entre séances d’autographes, selfies avec les stars de la discipline, démonstrations et de nombreux autres divertissements.
  • La première spéciale du vendredi se termine au col de Bavella, à 1218 mètres d’altitude. Le spectacle y est somptueux à travers cette dernière série d’épingles.
  • Le parc d’assistance à l’aéroport de Bastia. Les spectateurs peuvent se plonger dans l’univers du WRC tout en profitant de concerts, d’attractions, d’un village d’exposants et de restaurants.
  • Les paysages de montagne offrent des vues à couper le souffle.
  • Les spéciales passent souvent dans de petits villages où les points d’observation valent le détour.

VIDEO

PHOTOS



Social media

WRC+

WRC APP