Les World Rally Cars (depuis 2017)

En 2017, le Championnat du Monde FIA des Rallyes célèbre son quarante-cinquième anniversaire. Celui-ci commence par le légendaire Monte-Carlo, où le nouveau règlement prend vie à travers des WRC plus puissantes, plus agressives aérodynamiquement et dotées d’un différentiel central piloté électroniquement.

Ce surplus de puissance rend les voitures plus rapides, mais les améliorations apportées à l’aérodynamique et aux suspensions en font des machines beaucoup plus sûres à piloter que celles du Groupe B dans les années 1980.

Outre les changements techniques mis en œuvre, la principale nouvelle est l’arrivée de Sébastien Ogier et de son copilote Julien Ingrassia dans une Ford Fiesta WRC de M-Sport Ford World Rally Team, où les Français côtoient l’Estonien Ott Tänak et le Gallois Elfyn Evans.

En parallèle, Hyundai aligne sa Hyundai i20 Coupé WRC pour le favori Thierry Neuville, le fiable Dani Sordo et Hayden Paddon. Toyota fait son grand retour dans la discipline après dix-huit ans d’absence avec une équipe chapeautée par Tommi Mäkinen, qui confie ses Toyota Yaris WRC à Jari-Matti Latvala, Juha Hänninen et Esapekka Lappi. 

Citroën opte également pour une campagne complète après un programme partiel l’année précédente. Kris Meeke, Craig Breen, Stéphane Lefebvre et Andreas Mikkelsen se relaient tout au long de l’année dans les différentes Citroën C3 WRC.

Malgré leur nouvel environnement, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia reprennent sur leur lancée avec un cinquième titre mondial et la couronne des constructeurs pour la structure M-Sport. Troisième du classement, son équipier Ott Tänak part rejoindre Toyota en 2018.

La saison 2018 est le théâtre d’une lutte titanesque entre Sébastien Ogier, Thierry Neuville et Ott Tänak, tous les trois encore mathématiquement en lice avant la finale en Australie.

Thierry Neuville voit ses derniers espoirs s’envoler lorsque sa Hyundai i20 WRC perd une roue contre un talus dans l’ultime étape de l’année. Dans la foulée, la Toyota Yaris WRC d’Ott Tänak est victime d’une panne de transmission, offrant ainsi le sacre au pilote M-Sport Ford World Rally Team Sébastien Ogier.

Début 2019, cela fait déjà plus d’une décennie que le Championnat du Monde des Rallyes n’a plus couronné un concurrent n’étant pas français.

Malgré deux belles années chez M-Sport, Sébastien Ogier ne renouvelle pas son contrat. Citroën en profite dans l’espoir de retrouver les sommets avec Esapekka Lappi et le Gapois, mais le conte de fées ne se matérialise pas.

Sébastien Ogier parvient à s’imposer sur ses terres au Rallye Monte-Carlo, mais aussi au Mexique et en Turquie. Le champion sortant est toutefois mis en difficulté tout au long de l’année avec le comportement rétif de sa Citroën C3 WRC.

Dans le même temps, Thierry Neuville et sa Hyundai i20 WRC montent sur la plus haute marche du podium en Corse, en Argentine et en Espagne, mais un autre homme se montre encore plus véloce…

Irrésistibles avec la Toyota Yaris WRC, Ott Tänak et son copilote Martin Järveoja remportent soixante-treize spéciales et six rallyes sur toutes les surfaces. En Espagne, l’Estonien scelle son premier titre mondial tout en mettant fin à la dynastie des Sébastien. Thierry Neuville termine deuxième alors que Sébastien Ogier doit se contenter de la troisième place.

Les World Rally Cars (depuis 2017)
Toyota Yaris WRC
Year Driver Car   Team 
2017 Sébastien Ogier (FRA) Ford Fiesta   M-Sport Ford
2018 Sébastien Ogier (FRA) Ford Fiesta   Toyota
2019 Ott Tänak (EST) Toyota Yaris   Hyundai