Le Groupe B (1982-1986)

Peu après le tournant des années 1980, le Championnat du Monde des Rallyes voit les propulsions telles que les Ford Escort, Fiat 131 et Lancia Stratos être écartées au profit d’une nouvelle ère : le Groupe B.

Cette génération est à l’origine des voitures les plus spectaculaires de l’histoire du sport. Avec quatre roues motrices et parfois plus de cinq cents chevaux, certains affirment même à l’époque qu’elles peuvent avaler le 0 à 100 km/h en à peine deux secondes sur terre.

Si la FIA autorise la transmission intégrale à partir de 1979, de nombreux constructeurs jugent cette solution trop complexe pour une compétitivité difficile à déterminer. Audi va toutefois connaître un succès immédiat dès le lancement de son Audi Quattro en 1982.

Le surplus de puissance de son moteur turbocompressé, allié à la traction supplémentaire de ses quatre roues motrices, lui offre des avantages indéniables qu’Audi exploite parfaitement pour remporter les couronnes constructeurs en 1982 et 1984, mais aussi pilotes avec Hannu Mikkola en 1983 et Stig Blomqvist en 1984.

De plus en plus de marques s’inspirent de la Quattro et la lutte au sein du Championnat du Monde des Rallyes s’intensifie crescendo. En 1985, le Finlandais Ari Vatanen montre qu’il faut compter sur son impressionnante Peugeot 205 T16 dans la course au titre, mais un terrible accident au Rallye d’Argentine lui cause de sérieuses blessures. Il voit alors son équipier Timo Salonen être sacré durant sa convalescence.

La bataille reprend en 1986, avec toujours plus de grands noms mythiques partant à la conquête du Graal : Henri Toivonen (Lancia), Markku Alén (Lancia), Walter Röhrl (Audi), Timo Salonen (Peugeot), Tony Pond (MG)…

Lancia prend une longueur d’avance grâce aux performances d’Henri Toivonen au Monte-Carlo et de Markku Alén en Suède. Au troisième rendez-vous, la marque italienne enfonce le clou en monopolisant le podium provisoire du Portugal après le troisième secteur chronométré.

C’est alors que survient le drame. Dans le test suivant, Joaquim Santos perd le contrôle de sa Ford RS200, qui plonge dans la foule. Le bilan parmi les spectateurs s’élève à trois morts et plus de trente blessés et de nombreuses équipes préfèrent abandonner dans la foulée.

Henri Toivonen s’impose comme le favori dans la course au titre jusqu’à ce que le Championnat du Monde des Rallyes connaisse un nouveau bouleversement en Corse.

Dans la dix-septième spéciale, sa Lancia Delta S4 quitte la route et plonge dans un ravin. La voiture s’embrase, ne laissant aucune chance au Finlandais et à son copilote Sergio Cresta.

Après cette tragédie, la FIA annonce l’interdiction du Groupe B dès la fin de la saison, les jugeant trop rapides pour pouvoir évoluer en toute sécurité. Cette ère s’achève alors avec le sacre de Juha Kankunnen avec Peugeot après l’annulation des résultats du Rallye Sanremo.

Year Driver Car   Team
1982 Walter Röhrl (GER) Opel Ascona 400   Audi
1983 HannuMikkola (FIN) Audi Quattro   Lancia
1984 Stig Blomqvist (SWE) Audi Quattro   Audi
1985 Timo Salonen (FIN) Peugeot 205 T16   Peugeot
1986 Juha Kankunnen (FIN) Peugeot 205 T16    Peugeot