mardi | 22 sept. 2020

Vu du parc d'assistance : la Turquie

Comme vous vous en doutez, le parc d'assistance d'une manche du Championnat du Monde FIA des Rallyes est assez calme de nos jours. Dimanche, vers huit heures du matin, il était vide... Et très silencieux.

Un silence seulement rompu par le bruit de mâchoires qui se décrochaient. Cela faisait quelques années que nous n'avions pas vu une spéciale comptant autant de rebondissements que le premier passage dans Çetibeli. Des crevaisons, des roues perdues, des problèmes techniques et un Gallois se hissant aux avant-postes.

N'était-ce pas là toute la quintessence d'un rallye cassant ?

Personne n'aime voir des équipages se retirer d'une épreuve, mais nous adorons tous voir des défis comme le Rallye de Turquie en a offert la semaine passée.

Le WRC ne se résume pas à la voiture, au pilote et au copilote les plus rapides, mais surtout à la meilleure combinaison défiant les épreuves pour marquer de gros points. À ce jeu, Toyota Gazoo Racing, Elfyn Evans et Scott Martin ont brillé le week-end dernier.

Vidéo : la rétrospective du Rallye de Turquie

Et ils l'ont fait lors des jours les plus ensoleillés de la saison. Marmaris est un endroit parfait mi-septembre, entre les voitures de rallye les plus rapides du monde serpentant entre les bus touristiques le long de la côte.

Le fait que le Rallye de Turquie soit un événement sans spectateur était, bien sûr, regrettable pour les fans qui espéraient venir suivre toute l'action de ce cinquième rendez-vous du calendrier. Si les passionnés manquaient à l'appel, l'événement a toutefois gagné le cœur des habitants.

Après la spéciale de Yeşilbelde samedi matin, deux bateaux de pêche avaient tourné le dos aux bars (les poissons !) pour jeter l'ancre et admirer le spectacle depuis le large.

Elfyn Evans remporte un Rallye de Turquie fou et reprend les commandes du WRC

Elfyn Evans remporte un Rallye de ...

Le Gallois s'est imposé au terme d'un Rallye de Turquie complètement fou pour reprendre la tête du Championnat du Monde FIA ...

En lire plus

Tout type d'interaction entre les équipages et la population locale est désormais limité en temps de coronavirus, mais c'est toujours un vrai régal de voir les regards de certains agriculteurs dans les collines arrêter leurs tracteurs pour admirer ce qui doit leur paraître être un vaisseau spatial intergalactique par rapport à leur Massey Ferguson.

Au cours des trois dernières années, le Rallye de Turquie a offert des rebondissements dans la course au titre en WRC. Souvenez-vous. Les réparations de fortune de Sébastien Ogier avant de partir à la faute avec sa Fiesta en 2018 ? La suspension de Thierry Neuville décidant de s'échapper ou encore le problème électrique d’Ott Tänak alors que l’Estonien volait vers son premier titre ?

La Turquie ne manque jamais d'apporter un peu de couleur, de spectacle et d'action. Et, bien sûr, du plaisir.

En matière de confiserie, ce bonbon à base d'amidon et de sucre polarise l'opinion. Pour certains, goûter à certains des meilleurs délices turcs locaux est un rite de passage annuel. D’autres ont l'impression de manger du savon.

Cette année, une nouvelle tendance a émergé : un sandwich Turkish Delight, avec du gel coincé entre deux biscuits. Une sacrée recette, surtout servie avec une tasse de café turc authentique. Et n'oubliez pas que la Turquie ne fait pas de café, elle le cuisine. Faites-le dans un cezve sans sucre pour s'assurer que l'amertume équilibre la douceur de la collation.

La Turquie. Un endroit exceptionnel, un rallye exceptionnel et un savoureux café...