vendredi | 22 mai 2020

Les fans de Fafe aux Beaux-Arts du rallye

À certains endroits, on parlerait de graffiti au mieux et de vandalisme au pire. Pas au Portugal, où l'on parle d'art, voire de Beaux-Arts en hommage aux plus grands. Le chemin de terre menant au nord-est de Vila Pouca vous fait entrer dans un autre monde.

Les formations rocheuses à l'extérieur de Fafe sont assez extraordinaires.

Aussi fascinantes soient leur géologie et leur provenance, le plus imposant d'entre eux attire les regards. Celui avec l'énorme croix de Saint-André peinte dessus et deux mots, « McRae’s Land ».

Cela en dit long sur le Portugal.

Poursuivez sur cette route et vous sortirez sur la N311. Prenez à gauche en direction de Bemposta et vous découvrirez un nouvel hommage envers le Champion du Monde 1995, peint à même la route et sur les deux voies.

Colin McRae a « seulement » remporté ce rallye deux fois, mais son style atypique sur ces mêmes routes l'a élevé au rang de Dieu. Au Portugal, du moins dans cette région, le rallye représente tout pour les habitants.

Vidéo : Vodafone Rally de Portugal

Voilà autant de signes rendant l'absence du Vodafone Rally de Portugal pour cause de coronavirus si difficile cette semaine.

Nous aurions dû être au cœur de ce beau pays à raconter et partager des histoires autour d'un Pastéis de Nata et d'une tasse de café.

L'histoire d'amour entre le WRC et le Portugal a commencé dès le début du championnat en 1973. À l'époque, les équipages arrivaient certes de différents points de départ à travers l'Europe, mais tous les yeux rivés sur la côte Atlantique, Lisbonne et le circuit d'Estoril.

Hormis une brève période au sud de l'Algarve, le Rallye du Portugal est toujours resté dans le nord du pays. Des terres devenues synonymes de rallye avec des routes où des héros comme Colin McRae et Markku Alén se sentaient comme chez eux.

Discutez avec Markku Alén, quintuple vainqueur de l'épreuve. Interrogez-le sur le TAP ou le Port Wine Rally comme on l'appelait alors. Et voyez ses yeux s'illuminer. Il y a signé sa toute première victoire en mondial en 1975.

« Je me souviens avoir battu Hannu Mikkola », se rappelle-t-il. « C'était une belle année. J'ai vu que j'avais la vitesse nécessaire. Mais ce n'était pas encore le gros, l'énorme duel avec Hannu qui a marqué les années suivantes...  »

Les années 1970 et 1980 sont passées, mais le parc d'assistance d'Exponor est resté le même à Matosinhos. Difficile d'y croire en se promenant dans le parc d'exposition décoré chaque année aux couleurs de l'événement...

Les murs y évoquent les géants et les légendes ayant donné vie à cette épreuve. Et ils le referont dès l'an prochain.

La semaine des copilotes : un bureau dans l'habitacle

La semaine des copilotes : un ...

Un bureau ? Vous avez raison, ce n'en est pas vraiment un. Mais c'est là que les copilotes s'assoient pour faire leur travail. ...

Read More