samedi | 04 juil. 2020

Le WRC et Pirelli, un nouveau chapitre

Vu la dernière fois lors du septième titre mondial de Sébastien Loeb en 2010, Pirelli s'apprête à écrire un nouveau chapitre de sa riche et longue histoire en Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Dans les collines surplombant Sanremo, Markku Alén s'accroupit à l'arrière gauche d'une Lancia Stratos HF, regardement fixement le pneu.

Il passe une main dessus et s'en suit moment de contemplation. Il se relève, redresse son dos, s'installe au volant et appuie sur le bouton rouge démarrant le moteur Ferrari derrière lui.

Remarquant le regard interrogateur de l'homme à côté de lui, le Finlandais répond.

« Je vérifiais », dit-il. « Des Pirelli. Ce sont forcément des Pirelli. »

Puis une montée dans les tours raccourcissait la route à suivre.

Nous sommes alors en 2012 et Pirelli lance une nouvelle gamme de pneumatiques pour les compétitions historiques. La présence de Markku Alén en dit long sur sa relation avec une entreprise l'ayant aidé à remporter de nombreuses victoires.

Que regarder ce week-end ?

Que regarder ce week-end ?

Maintenant que la date de rentrée du Championnat du Monde FIA des Rallyes est connue, préparez-vous en dévorant nos nouvelles ...

En lire plus

Dès les débuts du Championnat du Monde des Rallyes, Pirelli était là. De chaque côté de la BMW 2002tii d'Autrich Warmbold, vainqueur du Rallye des Alpes en 1973, à la Citroën C4 WRC de Sébastien Loeb en 2010. 

En plus du septième titre de l'Alsacien, vingt-quatre autres couronnes et 181 victoires en mondial figurent au palmarès du manufacturier italien. Les Milanais sont venus, ils ont vu et ils ont vaincu.

Lorsque l'on demande à Andrea Adamo, le directeur de l'équipe Hyundai Motorsport, ce qu'il pense du retour de Pirelli malgré son absence au plus haut niveau depuis 2010, l'Italien sourit.

« Je ne suis pas du tout inquiet », répond-il. «Nous parlons de Pirelli. Ce n'est pas une entreprise née hier et ils ne faisaient pas des gâteaux jusqu'ici. C'est Pirelli. Et Pirelli connaît le rallye, donc je ne m'inquiète vraiment pas pour eux. »

Si Pirelli est absent de la catégorie reine qu'est le Rally1 ces dernières années, la société italienne a maintenu sa présence en WRC en fournissant des gommes aux pilotes du Junior WRC et du WRC2 depuis 2018.

Malgré son absence en Rally1, Pirelli a continué de soutenir le Junior WRC

Ces références sont également renforcées par l'origine du composé le plus tendre de Pirelli : le P Zero, le pneu haute performance d'un manufacturier possédant près de cent cinquante ans d'expérience.

Celui-ci a toutefois pris vie avec la Lancia Delta S4. L'une des voitures de rallye les plus rapides et fines de l'histoire avait sans doute besoin de pneumatiques exceptionnels et Pirelli a créé le P Zero.

« La technologie et la passion sont deux éléments clés que Pirelli apporte au sport automobile », affirme Giovanni Tronchetti Provera, vice-président du prestige et du sport automobile de Pirelli. « Cela nous a permis de sécuriser ce contrat exclusif en Championnat du Monde FIA des Rallyes. Nous soutenons les jeunes pilotes dans la catégorie Junior depuis de nombreuses années et il est désormais temps de retrouver l'élite. »

Puisque l'on parle de soutien aux jeunes pilotes, Mario Isola, responsable F1 et course automobile chez Pirelli, se rappelle avoir choisi un pilote estonien timide et légèrement maladroit il y a onze ans.

« Revenir en WRC l'année où Ott Tänak, choisi par le programme Pirelli Star Driver, a été couronné champion du monde est un symbole fort », a confié ce passionné de rallye désormais concentré sur le programme F1 de Pirelli .

Savoir que Super Mario mène le retour de Pirelli donne confiance au moment même où toute l'entreprise passe la vitesse supérieure en vue de 2021, la première de ses quatre années comme fournisseur exclusif de pneus en WRC.

L'Estonien Ott Tänak est passé par le programme Pirelli Star Driver

More news