vendredi | 25 sept. 2020

Le débriefing du Rallye de Turquie

Nous essayons toujours de reprendre notre souffle après le Rallye de Turquie du week-end dernier. Les spéciales autour de Marmaris ne déçoivent jamais et cette année n'a pas fait exception. Nous revenons maintenant sur les principaux points de discussion du week-end !

Le pilote du rallye

Nous allons rester neutres sur ce point en ne départageant pas Thierry Neuville et Elfyn Evans.

Quiconque remporte plus de la moitié des spéciales d’un rallye mérite cette distinction. Le Belge en a remporté sept sur douze tout en empochant le maximum de points dans la Wolf Power Stage de Marmaris pour sauver ses derniers espoirs de titre. Thierry Neuville était de loin le pilote le plus rapide du week-end.

Il faut toutefois plus que du rythme pour s'imposer sur les routes rocailleuses des montagnes turques. Elfyn Evans n'a signé le meilleur temps que sur une seul spéciale (celle décisive de Çetibeli dimanche) tout en évitant les soucis de ses rivaux pour s'offrir une victoire autant dû à sa gestion de course qu'au dosage de son pied droit.

La galerie du Rallye de Turquie

À oublier, première partie

Quand la Hyundai i20 WRC d’Ott Tänak a rencontré un problème de direction pour se retrouver dans les buissons dès Yeşilbelde, la première spéciale du samedi matin, de nombreuses personnes ont pensé que l'Estonien venait de voir ses espoirs de conserver sa couronne s'envoler.

Nous avons vu en Turquie à quelle vitesse les choses peuvent changer et il est encore dans le match malgré vingt-sept points de retard et deux abandons en cinq départs jusqu'ici.

À oublier, seconde partie

Sébastien Ogier a également été privé de délices turcs dans l'habitacle de sa Toyota Yaris. En quittant le parc d'assistance d'Asparan dimanche matin, le Français était bien parti pour obtenir un podium qui aurait accentué son avance au championnat.

Quelques heures plus tard seulement et l'homme aux six couronnes mondiales semblait découragé, assis au bord de la route après une panne moteur dans la répétition de Çetibeli. Sébastien Ogier compte désormais dix-huit points de retard sur son équipier Elfyn Evans. Le Rally Italia Sardegna (8-11 octobre) sera déjà décisif pour Ott Tänak comme pour lui.

67 minutes qui ont changé le Rallye de Turquie

La spéciale du rallye

Si vous aimez les rebondissements à la pelle en WRC, le premier passage dans Çetibeli dimanche matin était pour vous. Revivez tous les événements de cette spéciale riche en spectacle dans notre analyse approfondie ici.

La surprise du rallye

Aurions-nous dû être surpris ? Après réflexion, non. Nous parlons après tout du nonuple champion du monde Sébastien Loeb.

Sa dernière apparition dans une World Rally Car sur terre remontait à fin octobre 2019. Son précédent rallye avait eu lieu en début d'année au Rallye Monte-Carlo. Et malgré cela, il était en tête du Rallye de Turquie après la première étape vendredi. Le tout à l'âge de quarante-six ans.

Le temps d'un instant dimanche, au cœur de la folie de Çetibeli, il semblait même en mesure de s'imposer, mais cette troisième place finale représente tout de même un résultat remarquable.

View from the service park

View from the service park

As you’d expect, the service park at an FIA World Rally Championship round is a fairly quiet place these days, but around eight ...

Read More