jeudi | 07 janv. 2021

Derniers essais pneumatiques en vue avant le Monte-Carlo

Les équipes d'usine seront de retour dans les montagnes françaises la semaine prochaine pour une dernière tournée d'essais avec les pneumatiques Pirelli avant la manche d'ouverture du Championnat du Monde FIA des Rallyes, le Rallye Monte-Carlo (21-24 janvier).

Après avoir été les premiers à utiliser les gommes du manufacturier italien lors de leurs premiers essais le mois dernier, Hyundai Motorsport et Toyota Gazoo Racing poursuivront leur travail avant le grand retour de Pirelli dans la catégorie reine depuis 2010.

Du côté de M-Sport Ford World Rally Team, Teemu Suninen et Gus Greensmith seront en Ardèche pour découvrir les quatre composés disponibles pour le coup d'envoi de la saison. L'équipe britannique avait fait l'impasse sur des essais avant Noël.

« Les deux équipes ayant réalisé des essais ont testé l'intégralité de la gamme de pneumatiques », a confié Terenzio Testoni, directeur rallye de Pirelli. « Nous avons eu des conditions idéales pour nous préparer au Monte-Carlo avec des routes sèches, puis de la gadoue, de la glace et de la neige. Avec un manufacturier unique, les équipes comprennent désormais que les performances sont importantes sans être la priorité. »

Pirelli boucle sa première séance d'essais avec les équipes du WRC

Pirelli boucle sa première ...

Pirelli a fait état de retours positifs après sa première semaine d'essais avec les constructeurs engagés en Championnat du ...

En lire plus

L'objectif ultime de Pirelli est d'obtenir une gamme cohérente de pneumatiques tout en proposant des gommes évitant les crevaisons.

« Nous voulons des pneus avec lesquels les équipes peuvent facilement travailler en termes de réglages », a ajouté Terenzio Testoni. « Nous sommes au début de ce processus et, malgré nos riches connaissances du rallye, nous entamons un nouvel apprentissage avec ces voitures. »

« La priorité est de fournir de bons pneus durables », a conclu Mario Isola, responsable F1 et sport automobile de Pirelli. « La situation est désormais différente [avec un manufacturier unique]. Nous voulons nous assurer que chaque équipe se batte à armes égales. Chacune aura un ingénieur dédié, comme nous le faisons en F1, sans oublier un ingénieur en chef et Terenzio en qualité de responsable. »